Mercredi, 18 octobre 2017

Massicot débite ses sillons

VERNISSAGE, «ROCK DADAÏSTE»
 
C’est avec un vinyle tout neuf, glissé dans une pochette griffée Guillaume Fuchs, que Massicot affûte ses instruments. Vendredi à la Cave12 à Genève et samedi au Swiss Psych Fest à Yverdon, le quatuor «avant-rock» formé par Simone (guitare), Lea (violon), Mara (basse/chant) et Colline (batterie) dévoilera les titres de ce disque répondant au doux nom de Morse. Pour le code ou le mammifère marin à moustache? Sans doute les deux, vu la perspective oblique adoptée par les quatre musiciennes. Leurs motifs trépidants et répétitifs jusqu’au vertige sont d’une efficacité redoutable, les scansions en letton de Mara se superposant aux stridences, dissonances et battements obsédants du collectif. En général, l’assistance finit en transe. Pour faire mieux connaissance avec Massicot, ensemble parmi les plus enthousiasmants à avoir émergé sur la scène genevoise post-squats, consulter son  site bandcamp et la rencontre publiée il y a deux ans dans votre quotidien préféré1
RMR/MICHELLE ETTLIN
 
Ve 8 mai à la Cave 12, avec le duo Andy Moor (guitare électrique)  et Anne-James Chaton (voix). Sa 9 mai au Swiss Psych Fest, ­Amalgame, Yverdon-les-Bains.