Dimanche, 24 septembre 2017
Commentaires récents
  • Feu vert aux travaux sur les autoroutes genevoises   Il y a 1 jour 16 heures

    A quand le début des travaux

  • La justice annule le vote en Ville de Genève   Il y a 1 jour 23 heures

    La "justice administrative" juge sur le fond ??? Injustice à deux vitesses...Rendez-vous à la prochaine date de votation !!! La lutte contre les inégalités continue !

  • Le MCG interpellé sur les propos homophobes d’un élu   Il y a 1 semaine 1 jour

    A Madame Sarah Irminger et à Monsieur Pascal Messerli
    Par Micaela, le ven, 15/09/2017 - 17:33.
    Madame Irminger, Monsieur Messerli,

    Vous prétendez que Monsieur Laurent Leisi est homophobe alors qu'il ne l'est pas. Il dénonce simplement et publiquement, les pédophiles tels que Pierre Bergé.
    Je ne sais pas si vous le faites exprès, ou si vous confondez deux comportements complètements différents. L'homosexualité n'a rien à voir avec la pédophilie.
    Pour votre information, l'homosexualité est une orientation sexuelle, la pédophilie est un acte criminel et il est bon de dénoncer de tels actes, tout comme le fait Laurent Leisi.
    Et puis dites-moi, Madame Irminger, Monsieur Messerli, pour tous ces enfants qui ont été abusés, qu'avez-vous à dire ? Manifesteriez-vous dans la rue pour dénoncer de tels comportements abjectes, vous mobiliseriez-vous pour défendre les victimes des ces atrocités, de tous ces abus sexuels, ou allez-vous plutôt être complaisant avec des individus tels que ce sinistre personnage qu'est Pierre Bergé ?
    Répondez à mes questions ! Assumez entièrement vos positions et ne vous cachez pas derrière des associations, pour faire tout un scandale et manifester à la moindre occasion.
    Vous êtes de mauvaise foi, vous utilisez le moindre détail, le moindre mot qui ne va pas dans votre sens, pour en faire un procès d'Etat, pour désigner du doigt le coupable, alors que les coupables ce sont précisément vous, qui comme des impies, prenez un malin plaisir à soutenir des crapules.
    Vous diffamez et vous calomniez. Si cela me concernait directement, j'aurais porté plainte pénale contre vous, Madame Irminger et contre vous, Monsieur Messerli !

  • Il y a Europe et Europe...   Il y a 1 semaine 2 jours

    Merci à Bruno Clément pour ce rappel indispensable.

    Oui, il convient de souligner les remarquables créations que sont la Convention Européenne des droits de l'homme, et la Cour Européenne des droits de l'homme.

    Car c'est à cette Europe-là et à ces juges-là que s'en prend l'UDC avec sa hargne contre les "juges étrangers". Puissions-nous ne jamais la voir gagner sur ce terrain-là !

  • Berne s’éloigne un peu de Genève   Il y a 2 semaines 15 heures

    "Pour un pendulaire entre Lausanne et Genève, ce seront en moyenne quatre minutes de plus qu’il faudra compter pour une durée de parcours minimale de trente-six minutes actuellement. "

    Ceci est faux. La durée minimale du trajet Lausanne-Genève restera de 36 minutes. Par ailleurs, il y aura toujours deux trains directs par heure qui effectueront le trajet Lausanne-Genève en 36 minutes.

    Voir: http://www.projet-horaire.ch

  • La gauche déchirée sur la réforme des retraites   Il y a 2 semaines 1 jour

    Comme je l'écris dans mon commentaire à l'édito du jour, le problème n'est pas la soutenabilité financière d'une option préférable d'un point de vue de gauche ou progressiste. Je souscris entièrement aux critiques de Valérie Borloz sur ce terrain. Le tort de Mme Maury Pasquier, à mes yeux, est de tenter de défendre cette réforme sur le fond, alors que pour tout.e "progressiste" attaché.e à l'idéal d'émancipation PV2020 est indéfendable: c'est clairement une régression sociale. L'argument du manque d'argent n'est pas sérieux lorsqu'on sait les sommets stratosphériques qu'atteignent les fortunes privées dans notre pays. Là-dessus VB a totalement raison.
    Pour autant, je ne suis pas sûr de la suivre dans la conséquence pratique: voter non au projet.
    C'est que s'il est ce qu'il est plutôt qu'un autre, c'est en raison des rapports de force politique présents, tels qu'ils s'expriment aux chambres fédérales: le ministre socialiste avec une fraction socialiste minoritaire aux chambres a dû construire un projet auquel une partie de la droite (le PDC) a pu se rallier. Ce projet ne pouvait, politiquement, pas aller plus à gauche. PLR et UDC l'ont massivement rejeté et appellent eux aussi, faut-il le rappeler?, à voter non à PV2020.

    Aussi, escompter que d'un vote non sorte, au final, une PV plus favorable aux femmes et aux moins bien lotis, pourrait bien être une chimère … qui pourrait se renverser en une figure bien plus hideuse encore.

    J'incline à penser que la vraie raison de la défense par LMP de PV2020 réside dans cette analyse politique plus que dans les mérites intrinsèques, douteux à n'en pas douter pour tout.e progressiste (l'étonnement de VB sur ce point est tout à fait justifié), de la réforme.

    Un "oui" de gauche à ce projet ne peut évidemment être enthousiaste. Juste la conséquence d'une analyse politique au terme de laquelle il est conclu que la conjonction du non "progressiste de gauche" et du "non de droite" sera entendu par le parlement comme purement de droite et le projet revu en conséquence: soit en bien pire.

    Et que la gauche pourrait bien échouer à opposer une résistance à même de le faire échouer. Cela pour cette seule et suffisante raison – bien mauvaise par ailleurs – qu'elle est politiquement minoritaire.

  • PV 2020, le compte n’y est pas   Il y a 2 semaines 1 jour

    Sur le fond d'accord avec vous.
    Sur le plan politique, le non, s'il l'emporte, aura pour issue plus que probable, à terme, la victoire du "non de droite".

    Il n'a échappé à personne qu'UDC et PLR sont vent debout contre PV2020, avec des motifs exactement opposés à ceux que vous avancez: PV2020 est insoutenable économiquement serinent-ils, s-e : il faut encore plus couper dans les prestations (tjrs la même chanson: sauver les politiques sociales en en diminuant les coûts, insoutenables déjà aujourd'hui ou sinon demain).

    Il n'échappe à personne non plus qu'en cas de non, la "gauche de la gauche" est absente du parlement fédéral. Partant, qu'en cas de renégociation du paquet PV au parlement consécutif à une victoire du non, seul le non de droite y sera représenté.
    La probabilité, alors, qu'on ait la réforme PLR-UDC plutôt que le paquet Berset s'approche de 1.
    Et là, nul doute que la nouvelle réforme PV qui sortira sera bien plus féroce pour l'immense majorité de la population.

    Bien sûr, on peut penser que Berset n'est pas très à gauche. Difficile de porter un jugement sur ce point. Le problème n'est pas le ministre socialiste, quoi qu'il en soit. Le problème est le rapport de forces au parlement fédéral. On rappellera tout de même à nos amis "de gauche" (on présume que le lecteur du Courrier l'est, tendanciellement) que c'est le parlement qui adopte les lois et qu'on voit mal un parlement de droite adopter un projet franchement de gauche … comme celui auquel appellent de leurs voeux les opposants de la gauche de la gauche à PV2020.
    En clair, il n'est pas interdit de penser que PV2020 est le projet le plus "équilibré" qu'il était possible à A. Berset de faire adopter par le parlement, au vu de sa composition présente.

    Ce disant, je ne dis nullement que le contenu du projet me ravit, loin de là. Encore une fois, sur le fond, je partage entièrement votre critique.

    Politiquement, je crains, très sérieusement, très fortement, que si le non l'emporte, la version finale qui en sortira résultera de la semaison UDC-PLR. Et que ça sera très sensiblement, voire franchement pire que la présente proposition de réforme.
    Et croire, au vu du rapport de forces politique présent que la gauche de gauche sera en mesure de s'y opposer pourrait bien être un rêve de toute puissance.
    Bien sûr, faire de la politique, c'est bien toujours fantasmer, se projeter dans un idéal qu'on poursuit et pour lequel on s'engage. En l'espèce,cependant, le prix de ce fantasme pourrait bien de récolter une PV à la mode PLR-UDC.
    Evidemment, on peut objecter à ces remarques qu'elles sont animées par la peur. Je ne peux le contredire. A quoi j'ajouterai que, dans le contexte présent, nous avons bien des raisons d'avoir peur: sur l'agenda des forces politiques dominantes, pas seulement en Suisse, les politiques de régression sociale sont la priorité n° 1. Voyez Macron, Cameron-May, Schröder-Merkel, Renzi, Rajoy et j'en passe.
    Et rien n'annonce que ces forces politiques perdent la faveur des électorats. En Suisse, pas plus qu'ailleurs.

  • La réforme du code du travail dévoilée   Il y a 2 semaines 1 jour

    C'est quoi ce texte?
    Zéro analyse, zéro info ou presque. Franchement indigne. dans le Courrier en plus !!
    On s'attend, ici, à un minimum de point de vue critique.
    Consternant …

  • Une expo à Genève pour parler du suicide   Il y a 2 semaines 1 jour

    Je trouve super d'aborder ce sujet tabou par une exposition, surtout dans un endroit public en plein centre-ville. Ça interpelle les citoyens sur ce thème qu'on a tendance à éviter. J'ai par ailleurs vu qu'il y aura aussi un spectacle de danse sur le suicide le 15 septembre à Genève.

  • «Il a disparu... en démocratie!»   Il y a 3 semaines 3 heures

    https://youtu.be/vRdSNyzSRHw

  • Licenciements en cascade chez Globus   Il y a 3 semaines 12 heures

    Tout d'abord, les employés licenciés doivent être strictement remplacés par du personnel local suisse ou résident suisse car depuis que les frontaliers se sont infiltrés un peu partout, plus rien ne fonctionne. Beaucoup de bla,bla mais travail baclé et de mauvaise qualité. Manque de savoir faire, expérience et refus de s'adapter à la mentalité suisse qui demande un minimum de respect et bienveillance. Est ce trop demander???Ceci est juste une constatation faite auprès de nombreux offices, commerces etc

  • L’opposition à la circonscription unique s’organise   Il y a 3 semaines 2 jours

    Même si la démocratie représentative n'est que la moins pire des solutions pour la gestion des affaires publiques de la cité, elle permet malgré tout, dans le contexte actuel, de garantir un minimum d'expression aux minorités pour les choix qui les concernent.
    La gestion publique "moderne", au contraire, recherche l'application de solutions globales et simpl(ificatric)es pour garantir son efficacité.
    La problématique est identique dans la question des fusions de communes qui visent à agglomérer de plus grandes entités (à l'avenir urbain et standardisé).
    Chaque réforme, c'est un peu moins de démocratie (de capacité de chacun de déterminer les choix qui le concerne) pour un gain en efficacité qui ne satisfait personne.
    Pensons-y et ne nous laissons pas emberlificoter.

  • Faut-il payer les artistes?   Il y a 3 semaines 5 jours

    Bonjour, professionnelle de la culture depuis près de 20 ans et devant le manque de prise de conscience des pouvoirs publics français face à cette question dramatique pour les plasticiens, photographes, vidéastes, j'ai créé une association qui propose un financement des artistes dans le cadre d'une artothèque privée, au fonctionnement unique et atypique en France.
    Je suis heureuse de voir que d'autres s'interrogent et cherchent des solutions innovantes pour faire face à cette situation.

  • Une pétition veut sauver le Jeu de l’Arc   Il y a 4 semaines 1 jour

    Une solution: déplacer l'Hôtel de l'Arc comme nos ancêtres, moins dogmatiques que nous sous certains rapports, l'ont fait pour d'autres bâtiments.
    Je vois un inconvénient et deux avantages à un tel déplacement.
    L'inconvénient: son coût, surtout pour un pays pauvre comme le nôtre.
    Un avantage: il extrairait l'Hôtel de ce cadre étriqué où il n'a rien de la visibilité et du dégagement que mérite son architecture, plutôt faite pour un front de rue ou de place ou de quai.
    Un second avantage: il éviterait de devoir partir en guerre contre les promoteurs du projet des Allières qui, vue l'évolution du quartier, n'a rien de scandaleux.

  • Trump voit encore des torts «des deux côtés»   Il y a 5 semaines 3 jours

    Merci d'avoir relevé cette erreur que nous avons corrigée dans l'article.

  • Trump voit encore des torts «des deux côtés»   Il y a 5 semaines 3 jours

    intéressant mais je ne comprend pas la phrase "Le président de l'AFL-CIO, Richard Trumka, et la secrétaire générale adjointe du principal syndicat américain, Thea Lee, ont démissionné mardi du conseillant l'administration des Etats-Unis en matière de politique industrielle"
    il n'y aurait pas une petite correction à faire vers le "conseillant"?

  • L’industrie alimentaire a (encore) failli   Il y a 6 semaines 2 jours

    Vous semblez vous inquiéter du sort des poules pondeuses touchées par ce nouveau « scandale ». Peut-être l’ignorez-vous, mais lorsqu’elle n’est plus rentable, une poule pondeuse finit tôt ou tard à l’abattoir, quand bien même l’élevage posséderait tous les titres de la noblesse bio.

    Par ailleurs, vous semblez ne pas savoir qu’à la sortie des couveuses qui fournissent les élevages (même bio), les poussins mâles sont inexorablement exterminés, c’est à dire envoyés à la broyeuse, gazés ou tout simplement étouffés dans des sacs poubelle. Donc, en gros, un poussin sur deux passe presque instantanément de vie à trépas pour avoir eu l’infortune d’être né avec une petite crête sur le sommet du crâne (ce qui permet de les identifier facilement). Vous parliez de scandale, n’est-ce pas ? Celui que j’évoque n’est pas un événement médiatique, il fait partie de notre quotidien. Passons. Et passons aussi sur les conditions de vie dans les élevages (même bio) et les conditions des ouvriers qui y travaillent.

    Croire qu’il peut y avoir de la domination, de l’exploitation et de la mort dans des conditions dignes est un conte édifiant pour enfants en bas âge. Au lieu de nous abreuver de cette antienne bien-pensante sur la « gestion raisonnable de nos ressources alimentaires », interrogez-vous sur ce que sont les animaux non-humains et sur la place qu’on leur attribue dans nos sociétés.

    Vous reprendrez bien un biscuit végétalien ?

  • Le militant Eric Decarro s’est éteint   Il y a 6 semaines 4 jours

    Eric Decarro n'a pas été "président de l'Union des syndicats suisses" (qui d'ailleurs n'existe pas) entre 1986 et 1990, mais président de l'Union des syndicats du canton de Genève.
    Ce qui n'enlève rien à l'hommage envers ce militant exemplaire.

  • La révolution ne sera (presque) pas télévisée   Il y a 7 semaines 1 jour

    Merci pour l'intéressant article; juste une petite note, le titre fait référence à The Revolution Will Not Be Televised (« La Révolution ne sera pas télévisée »), un poème, puis une chanson de Gil Scott-Heron de 1970 qui marque le début du rap. (voir wikipédia: https://fr.wikipedia.org/wiki/The_Revolution_Will_Not_Be_Televised)

  • Une plainte qui fait de l’ombre à Morales   Il y a 7 semaines 6 jours

    Sans vouloir faire dans la donneuse de leçons, j'aimerais rappeler ce que j'avais commenté il y a presque trois ans, après la seconde réélection d'Evo Morales.

    Si je devais résumer en une phrase le fondement idéologique du "cambio" bolivien, j'adapterais ce que Lénine a dit il 96 ans et 8 mois: "Le communisme, c'est le pouvoir des Soviets plus l'électrification de tout le pays..."

    Quand Evo Morales est arrivé au pouvoir, le pays avait un déficit chronique en infrastructure et c'est certainement dans ce domaine-là que le changement le plus important s'est produit ces 11 dernières années. Toutefois, il reste encore de gros chantiers à ouvrir, spécialement dans le domaine de la santé (qui souffre terriblement de la vétusté des hôpitaux) et dans l'administration de la justice, en particulier dans les prisons qui sont tellement surpeuplées que je n'hésite pas à parler d'atteinte chronique aux droits humains.

    Il y aurait eu de l'argent disponible mais pas mal de fonds ont été investi à tort et à travers, comme en témoignent les innombrable stades de football et certains aéroports qui ne voient jamais un avion. C'est que Evo aime voyager dans son avion et jouer au foot...

    Et c'est là que le bât blesse - au lieu de faire un usage censé et dûment réfléchi de la manne que la Bolivie a eue grâce à la renégociation des contrats des hydrocarbures (et ça, sans conteste, est l’œuvre du MAS), Evo Morales a décidé selon ses critères qui ne sont pas toujours les plus rationnels.
    Il est ainsi devenu, au fil des années, le grand timonier de la Bolivie et ce concept-là est de la même époque que la phrase de Lénine - il aura bientôt 100 ans.

    Le fait d'utiliser la massue d'un procès pénal n'est pas plus novateur...tant l'utilisation comme la conception du gouvernement d'Evo Morales du droit pénal m'a fait penser plus d'une fois aux "Schauprozesse" de sinistre mémoire. Ça me préoccupe profondément et je pense qu'il faut effectivement en parler et ne pas laisser passer.

    Donc, merci pour l'éclairage!

  • Partis socialistes et pouvoir (3/3)   Il y a 10 semaines 4 jours

    Les partis socialistes existent pour contrer les partis communistes! A partir du moment où le Parti communiste cesse d'exister, le Parti socialiste n'a aucune raison d'être. La plupart des acquis sociaux se sont produits par des luttes et parce qu'il y avait un mauvais exemple de l'autre "côté", ceux, qui avaient mis en place dès 17 l'égalité entre les hommes et les femmes, la journée de travail de huit heures, vacances. . .

  • Au PLR, le ticket homme-femme ouvre le jeu   Il y a 11 semaines 1 jour

    Sur Ignazio Cassis, lire et faire lire ce "portrait" du candidat-pas-encore-candidat, suffisant pour comprendre qu'il doit être tenu à l'écart de la fonction …
    https://bonpourlatete.com/actuel/l-homme-qu-il-ne-faut-pas-au-conseil-federal

  • «Oui au renforcement de l’AVS»   Il y a 12 semaines 2 jours

    Cher M. Pedrina,

    Votre argument final va malheureusement dans le mauvais sens.

    Vous dites : "Or, priver l’AVS de cet argent serait irresponsable et n’apporterait de l’eau au moulin qu’aux seules associations patronales nationales, au PLR et à l’UDC, dont l’objectif est de plonger l’AVS dans une grave crise financière, pour parvenir enfin à réaliser leur rêve: la retraite à 67 ans pour tous et un affaiblissement de notre 1er pilier."

    Cette façon de présenter les choses, c'est chercher à faire peur sur un hypothétique futur après la votation. Généralement, c'est la droite qui joue à ce petit jeu et ça aurait été bon de lui laisser ce genre de démagogie et de promotion de la peur. La votation sur PV2020 ne porte que sur PV2020. Si elle échoue, ce sera probablement en raison de l'élévation de l'âge de la retraite des femmes. Du coup, étant donné qu'elle serait aussi soumise au vote, c'est aussi ce qui fera échouer dans le futur toute tentative d'élévation à 67 ans. Idem pour l'affaiblissement du premier pilier.

    La démocratie, comme le rappelle souvent le socialiste et chercheur Antoine Chollet, c'est un exercice d'ici et maintenant. Demain, c'est un autre vote. Et celui-ci n'aura pas plus de chances que celui de PV2020.

  • 58 avant Jésus-Christ   Il y a 14 semaines 3 jours

    Les riches se portent bien, la plèbe on leur dit que c'est la classe moyenne, avec un petit plus, on leur vent la distraction

  • Moutier jurassien, Moutier bernois   Il y a 15 semaines 1 jour

    Bonjour,
    D'après mes recherches [http://www.cnrtl.fr/definition/communaliste]
    communaliste: Adj. Qui prône l'autonomie des communes.... cela relève donc d'une idéologie...
    Est-ce vraiment ce que vous voulez dire?
    Cordialement
    Madeleine Zbinden