Jeudi, 17 août 2017

Maçonnologie

Jeudi 10 août 2017

Un lecteur commande un texte à l'occasion des 300 ans de la Franc-maçonnerie.

On me demande un texte d’anniversaire pour la franc-maçonnerie. Aucun souci, j’ai actuellement accès à une bibliothèque de soixante mille ouvrages, profitons-en. Je commence par La Franc-maçonnerie pour les nuls. Ma lecture soulève une série de questions. J’attrape sur un rayon voisin un livre plus pointu, De la Parole voilée à la Parole perdue: Franc-Maçonnerie et Alchimie, dont je combine la lecture avec celle d’un autre classique, Mystères et actions du rituel d’ouverture en loge maçonnique. Me voilà initié: je suis maintenant mûr pour La Franc-maçonnerie clarifiée pour ses initiés, un livre d’un abord difficile qui appelle la lecture en parallèle de la fresque historique Du Maître au Chevalier Maçon ou les chemins sinueux de l'Ecossisme.

Puis toute cette maçonnologie finit par me sortir par les trous de nez, alors je tente de me relaxer avec un peu d’antimaçonnisme: Une secte au cœur de la République et Mafia et démocratie feront l'affaire. Puis je ressens le besoin de prendre un peu de distance avec mon sujet. Au rayon psychologie, j’emprunte Paranoïa et sensibilité ainsi que L’homme et l’angoisse et, quand j’ai terminé (un rien dépité je l’avoue), je dévore encore La fonction cicatrisante du délire dans la schizophrénie. Je me dis alors que la franc-maçonnerie est une institution suffisamment solide pour durer encore un peu, elle peut attendre quelques années et anniversaires encore avant que je ne m’occupe sérieusement de son cas, et je sors de la bibliothèque, l’esprit léger. BP

Vous devez être loggé pour poster des commentaires