Samedi, 18 novembre 2017

Draisienne et tractopelle

Vendredi 21 juillet 2017

Une lectrice commande une histoire pour son fils qui aime sa draisienne, son chien Oualou et les tractopelles.

Il faut que je vous dise que dans les choses que j’aime beaucoup faire, c’est ouvrir la porte tout seul. Alors quand ça a sonné, j’ai couru comme je fais toujours, j’ai grimpé sur mes orteils, j’ai tourné le loquet dans un sens puis dans l’autre, puis de plus en plus vite pour finalement y arriver, à ouvrir la porte. Devant moi, il y avait deux paires de genoux. Au-dessus, d’un côté : une jupe rouge et une blouse à fleurs. De l’autre : un short et une chemise blanche. Encore plus haut, il y avait des sourcils froncés et une bouche crispée. À ce moment-là, mes yeux sont devenus tout ronds. J’avais envie de prendre mes jambes à mon cou mais comme c’est pas très pratique pour courir, j’ai crié très fort « Oualou ! ». Mon chien a déboulé et grâce à lui mes yeux sont devenus un peu moins ronds. Les bras de la blouse à fleurs se sont croisés, je voyais bien que les lèvres qui bougeaient en-dessous des sourcils devaient dire quelque chose mais il y avait le bruit du tractopelle, ça happait tout mon esprit, ça voulait dire qu’il était en train de creuser et que je ratais ce spectacle. Il a fallu que Oualou aboie une fois pour me ramener sur le perron et j’ai entendu « À tout de suite », avant que les genoux tournent les talons. J’ai crié « Papa ! Maman ! » et de la pièce d’à côté, ils m’ont dit qu’on était invités à passer prendre l’apéro chez les voisins, que je pourrais faire de la draisienne avec leur fille, qu’elle avait le même âge que moi et des tas d’autres choses encore, mais il y avait le bruit du tractopelle, alors j’ai pas tout entendu. CF

Vous devez être loggé pour poster des commentaires