Lundi, 24 avril 2017
ChroniquesRomain FelliUN MONDE À GAGNER

Capitaine, Hamon capitaine...

Jeudi 20 avril 2017

Le général de Gaulle était un militaire. Un homme qui croyait aux Chefs. Et le régime qu’il a fondé – la Cinquième République – n’a jamais remis ce postulat en question. Tout tourne autour du Président – et le Parlement est réduit au rôle d’un croupion. Il le remplit d’ailleurs de bonne grâce, comme l’ont montré ces dernières années où l’Assemblée nationale a reconduit un état d’urgence – croquemort des libertés démocratiques – avec la candeur d’un pioupiou honoré de monter au front pour la première fois. Le chef de l’opposition socialiste dans les années 1960 parlait de ce régime présidentiel comme d’un «coup d’Etat permanent». Arrivé au pouvoir, François Mitterand s’en accommoda pourtant, tant il seyait à son teint d’Ancien Régime, additionné d’une goutte d’eau de Vichy. Car le régime présidentiel est par sa nature même une institution opposée aux mouvements de gauche. Plutôt que de répartir le pouvoir, il le concentre en un seul moment et sur une seule personne.

La campagne que nous venons de vivre en a illustré les limites – surtout à gauche. L’élection présidentielle aspire toutes les énergies démocratiques et vide le pays de sa vigueur politique. Quoi de plus ridicule que ces dizaines de milliers de personnes qui s’alignent derrière les mots d’ordre d’un chef en prétendant être des «insoumis»? Car s’il apparaît comme le seul candidat de gauche capable d’être au second tour, Jean-Luc Mélenchon n’en a pas moins sacrifié à l’exercice machiste, autoritaire et prétentieux de l  incarnation» de l’avenir sur sa seule personne.

Deux candidats seulement ont réussi à dépasser cette personnalisation de la campagne et à mettre en avant un projet politique qui dépasse leur seul nom: Benoît Hamon et Philippe Poutou. C’est pour cela qu’il n’ont aucun chance d’être élus, étant si étrangers aux institutions antidémocratiques de la cinquième république.

Hamon, surtout, aura fait entendre une voix différente, apte à reconnaître la pluralité et la différence, ne s’alignant pas sur tous les régimes autoritaires de la planète, ne sacrifiant pas complètement au dogme pseudo-universaliste de la «laïcité» à la française, reconnaissant la multitude des oppressions économiques, culturelles, sexistes, raciales qui grèvent aujourd’hui le modèle français. C’est pour lui que je voterai dimanche, afin que la gauche démocratique, écologiste et cosmopolite qu’il incarne ne disparaisse pas. (Et il est évident qu’un score trop mauvais de sa part renforcerait considérablement l’aile droite du PS aujourd’hui décimée). C’est cette gauche qu’il faut commencer à organiser en France pour surmonter les cinq années qui viennent.

 

*Chercheur et militant.

ChroniquesRomain FelliUN MONDE À GAGNER
Vous devez être loggé pour poster des commentaires
Portrait de Jacques Friedli

Re:

Capitaine Hamon, vous avez des matelots à la diffamation facile

Réponse à la chronique de Romain Felli

https://jacquesfriedli.files.wordpress.com/2017/04/capitaine-hamon-vous-avez-des-matelots-c3a0-la-diffamation-facile.pdf