Jeudi, 29 juin 2017

Trois femmes salariées sur quatre sont victimes de sexisme au travail

Mardi 03 janvier 2017
Photo prétexte.
CC Keoni Cabral

Une enquête française montre l’ampleur des discriminations sexistes professionnelles.

«Je me demande comment elle est arrivée à ce niveau de poste; elle a dû coucher», «Elle n’aura pas d’augmentation; elle a un conjoint. Ce qu’on lui donne est bien suffisant», «Elle ne sait pas faire grand-chose à part se vernir les ongles»... Ces remarques ont toutes été entendues en 2016 dans des entreprises françaises. Elles sont extraites d’une enquête menée par le Conseil supérieur à l’égalité professionnelle auprès de 10 000 salariés (52% de femmes et 48% d’hommes) non cadres au sein de plusieurs grandes entreprises: Air France, BNP Paribas, Casino, Orange, Solvay, Suez Environnement, Total et Véolia1.

Résultat? Septante-quatre pour cent des salariées interrogées sont régulièrement confrontées à des attitudes ou des décisions sexistes dans le cadre de leur travail. En 2013, le Conseil supérieur de l’égalité professionnelle avait mené une enquête similaire auprès de 15 000 cadres cette fois, au sein de neuf grandes entreprises françaises (Radio France, France télévisions, RATP, SNCF, GDF Suez, La Poste, Orange, Air France et LVMH). Quatre-vingts pour cent des femmes interrogées déclaraient être régulièrement confrontées à des attitudes ou des décisions sexistes dans le cadre de leur travail. (...)

> Lire l'article complet chez nos partenaires Basta!
 

  • 1. Un sondage national réalisé auprès d’un échantillon de 1500 salarié-e-s non cadres travaillant au sein d’entreprises des secteurs publics et privés est venu compléter les données de l’enquête du Conseil supérieur de l’égalité professionnelle.
Vous devez être loggé pour poster des commentaires