Samedi, 18 novembre 2017

Le mécène Gandur évincé du Musée d’art et d’histoire?

Mercredi 01 avril 2015

La Ville de Genève ne voudrait plus des toiles abstraites du milliardaire et perdrait le don de 40 millions qui va avec. Un plan B se dessine toutefois.
 

Et si, pour dessiner son futur, le Musée d’art et d’histoire de Genève se passait de son principal mécène, Jean Claude Gandur? Celui-là même qui promet 40 millions de francs pour l’agrandissement du MAH et qui pourrait prêter ses collections au musée pour nonante-neuf ans.

Plutôt inattendu, ce scénario n’a pas été esquissé par les opposants au projet d’agrandissement de l’architecte Jean Nouvel. Il viendrait du Conseil administratif de la Ville de Genève, emmené par le maire Sami Kanaan, magistrat chargé de la culture et des sports.

La raison est simple: il existerait un sérieux risque de dépréciation de l’une des collections prêtées par le milliardaire. En l’occurrence celle de peintures de l’abstraction lyrique, qui rassemble des œuvres de Pierre Soulages, Hans Hartung, Georges Mathieu, Nicolas de Staël ou Karel Appel. Or selon plusieurs analystes, l’arrivée prochaine sur le marché d’un important lot de ces peintures pourrait leur faire perdre jusqu’à 80% de leur valeur (lire ci-dessous).

Fini les 40 millions?
«Je ne veux pas que le MAH soit obligé de montrer pendant nonante-neuf ans des toiles non figuratives qui ne valent pas un clou», aurait sèchement commenté Sami Kanaan lors d’une réunion du Conseil administratif vendredi dernier, relaient deux de ses collègues de l’exécutif. Comme le rappelait Le Courrier récemment, la fameuse convention signée en 2010 entre la Ville et la Fondation Gandur pour l’art est très stricte: les quelque 250 peintures abstraites devront être exposées de manière permanente sur pas moins de 400 m2 dans le MAH agrandi.

L’annulation du prêt remettrait en cause cette convention, qui inclut aussi une mise à disposition des pièces antiques de M. Gandur. Mais surtout, elle annulerait la promesse de don de 40 millions de francs du milliardaire, qui n’a pas souhaité répondre à nos questions «pour l’instant». Or cette somme représente une tranche considérable des 139 millions de francs que devrait coûter l’agrandissement et la rénovation du MAH.

Alternative à l’horizon
Aussi le temps presse-t-il: fin avril ou début mai, le Conseil municipal devra statuer sur le projet de rénovation-agrandissement. Sami Kanaan, qui «refuse de commenter l’affaire alors que des négociations sont en cours», semble toutefois avoir trouvé un plan B. B comme... Christoph Blocher, en l’occurrence, toujours selon deux membres de l’exécutif municipal.

Certains s’en souviennent, l’industriel milliardaire et ancien conseiller fédéral UDC doit quelque 58 millions de francs au fisc genevois. Un pactole qui remonte à l’époque où son entreprise EMS-Chemie était partiellement implantée aux Acacias. Or la commune du bout du lac et le tribun zurichois seraient en pourparlers depuis janvier.

Avec désormais la proposition suivante, côté genevois, où Ville et autorités fiscales avancent main dans la main: plutôt que 58 millions, Blocher n’en verserait que 40, qui iraient à l’agrandissement du MAH. Le rabais serait concédé en échange d’un prêt de ses toiles d’Albert Anker, artiste dont il possède la plus importante collection au monde. Un ensemble dont il se serait fortement désintéressé depuis la parution l’an dernier d’une épaisse biographie du peintre révélant d’inattendues sympathies anarco-communistes.

Aussi des antiquités
Le prêt porte là aussi sur nonante-neuf ans. Sauf que la Ville a, cette fois, pensé à inclure quelques avocats dans le pool de négociateurs de la nouvelle convention. Selon nos informations, le nouveau texte préciserait que «le prêt sera automatiquement renouvelé pour neuf cent nonante-neuf ans si Christoph Blocher n’était plus de ce monde dans nonante-neuf ans». La convention, qui doit encore être signée, prévoit en outre le don des très nombreux trésors archéologiques reçus par Blocher lorsqu’il était conseiller fédéral.

Quant à Jean Claude Gandur, qui se réjouissait de pouvoir présenter durablement ses toiles à un large public, il aurait d’ores et déjà trouvé un accord de remplacement, selon une collaboratrice de sa fondation: «Il vient d’être approché par l’Association suisse des dentistes, toujours à l’affût de belles peintures abstraites pour décorer les cabinets de ses nombreux membres.» I

© Fondation Gandur pour l’Art Photographe : Sandra Pointet Georges MATHIEU, "L'Abduction d'Henri IV par l'archevêque Anno de Cologne" (1958) Huile sur toile.
 

Peintures abstraites en chute libre?

La valeur des peintures de l’abstraction lyrique «a fortement évolué à la hausse ces dernières années, mais il s’agit d’une bulle spéculative», explique Klaus Schlecht, expert auprès d’Art and More, spécialiste londonien des cotes d’artistes. La faute en premier lieu aux collectionneurs asiatiques, nouveaux riches pour la plupart, qui auraient payé sans sourcilier des sommes largement au-dessus du marché pour acquérir ce qu’on présentait il y a quelques années encore comme un investissement solide.

Sauf que quelque 8700 œuvres de l’abstraction lyrique seront bientôt mises sur le marché; elles dorment actuellement aux ports francs genevois et sont la propriété du roi des lieux, Yves Bouvier – le directeur de l’entreprise Natural Lecoultre comptait les revendre au compte-goutte à quelques milliardaires de l’Est. Actuellement mis en cause dans une affaire de surfacturation d’œuvres d’art, il aurait décidé de mettre tout son lot aux enchères, afin de se prémunir de tout soupçon de prix non conformes au marché.

«Avec autant d’œuvres disponibles d’un coup, impossible que la bulle résiste», estime Jimmy Bach, analyste à la Futur of Art Fondation de New York. A la clé, selon l’expert, une baisse de valeur située entre 69 et 77%. Pour Klaus Schlecht, elle pourrait même atteindre 80%.

 

Est-ce un hasard? Le Musée d’art et d’histoire de Genève montre dès aujourd’hui et jusqu’à dimanche une sélection de vingt toiles d’Albert Anker «provenant d’une collection privée alémanique qui souhaite garder l’anonymat». MAH, 2 rue Charles-Galland, Genève, ma-di 11h-18h.

 
Le Courrier
Vous devez être loggé pour poster des commentaires
Portrait de derekpierre

Magnifique poisson d'avril!

Magnifique poisson d'avril!

Portrait de noelle

Re: Magnifique poisson d'avril!

Oui je confirme c'est superbe !

J'aimeee ;