Samedi, 21 octobre 2017

Affaire Legrix: rejet de la plainte contre quatre membres du Conseil communal

Samedi 30 août 2014

Le Ministère public neuchâtelois n'entre pas en matière sur la plainte pénale déposée contre quatre conseillers communaux de La Chaux-de-Fonds dans l'affaire Legrix. Les plaignants accusaient les élus d'avoir outrepassé les compétences financières de l'exécutif.

Neuf citoyens, dont deux élus de l'UDC (Marc Schafroth et le président Hughes Chantraine), parti auquel appartient Jean-Charles Legrix, ont déposé une plainte pour gestion déloyale. Ils reprochent aux quatre membres de l'exécutif de la Métropole horlogère d'avoir dépassé le montant de 100'000 francs dans diverses procédures liées au dossier Legrix sans avoir obtenu, comme l'exige le règlement communal, le feu vert du législatif. Il s'agissait des honoraires d'avocats et des frais pour des enquêtes.

Dans son jugement publié hier, le procureur général Pierre Aubert estime que l'on ne peut pas considérer l'ensemble de ces dépenses comme une charge unique. Chaque décision doit être considérée comme indépendante des autres. L'exécutif est donc à chaque fois resté dans les limites de ses compétences financières. Ce sont les dépenses cumulées qui dépassent le seuil des 100'000 francs.

Les neuf signataires de la plainte peuvent recourir contre cette ordonnance. Il appartiendra à l'autorité de recours en matière pénale du Tribunal cantonal de statuer sur la recevabilité du recours avant de se pencher sur les arguments de fond.

L'affaire Jean-Charles Legrix, qui a été privé de son dicastère des infrastructures et de l'énergie durant plusieurs mois à la suite d'un audit l'accusant de harcèlement psychologique sur certains collaborateurs, n'est de loin pas close. L'ancien juge fédéral Claude Rouiller a été chargé par l'exécutif de faire des investigations complémentaires sur les accusations portées contre l'élu UDC. /ATS-CGM

Vous devez être loggé pour poster des commentaires