Mardi, 24 mai 2016
Pages ouvertes aux auteurs suisses

Le lundi toutes les deux semaines, Le Courrier publie le texte inédit d’un auteur contemporain suisse ou résidant en Suisse. Qu’ils écrivent en français ou dans l’une des langues nationales, auteurs confirmés ou jeunes talents, poètes ou romanciers, ils vous font voyager à travers une fiction écrite pour l’occasion ou en partageant un extrait de leur travail en cours.
Cette rubrique bi-mensuelle a été réalisée en collaboration avec le site littéraire Culturactif entre septembre 2007 et mai 2012. La plate-forme littéraire chlitterature.ch, lancée en octobre 2012, a ensuite pris le relais.

Vous trouverez ici tous les textes parus à ce jour. (afficher par ordre alphabétique)

02.05.2016
André Ourednik - L'hôtel des lâches

Né en 1978 à Prague, André Ourednik passe son enfance entre la Tchécoslovaquie, la Suisse et le Canada. Il est main d’œuvre dans un musée d’art contemporain à Zurich avant d’étudier la philosophie, la géographie et l’informatique à la Faculté des lettres de l’université de Lausanne. Chargé de cours à l’EPFL et à l’université de Neuchâtel, chercheur et infographiste aux Archives fédérales suisses, il travaille dans la modélisation d’espaces-temps humains sous forme d'images, de mondes interactifs et de récits.


Il a publié récemment Les Cartes du boyard Kraïenski, errances d’un cartographe suisse à la recherche des frontières est de l’Union Européenne, qu'il ne trouvera pas, dans un pays fictif aux mœurs féodales et à la géographie kafkaïenne.

La nouvelle proposée ici a été écrite dans la foulée de son premier recueil Contes suisses, où des personnages sont projetés dans un monde «doté de ses règles propres, distillées à partir du réel contemporain, et qui se terminent en général par une morale indécise», explique l’auteur.


Voir ourednik.info/fictions.php et wikitractatus.ourednik.info

Fichier attachéTaille
ourednik.pdf66.67 Ko

18.04.2016
Gerhard Meister - Heures sombres à Francfort

Né en 1967, Gerhard Meister a grandi dans l’Emmental et vit aujourd’hui à Zurich. Après des études d’histoire et de sociologie, il commence à écrire des pièces de théâtre, des pièces radiophoniques et des textes de spoken word, qu’il interprète lui-même sur scène. Depuis 2004, il fait partie du collectif d’auteurs Bern ist überall. Ses pièces sont jouées dans de nombreux théâtres en Suisse et en Allemagne. Il a obtenu les prix littéraires de la Ville et du canton de Berne.

En 2011, il publie Viicher & Vegetarier, un recueil qui réunit des textes en suisse-allemand et en allemand: de truculents exercices de style où, d’une sandale en caoutchouc à l’évocation des pires catastrophes, l’auteur nous plonge dans les déconvenues humaines entre rêves et réalité.
 
Le texte que nous publions ici a été écrit pour le 10e numéro de la revue Viceversa littérature, en librairie à partir de mai. Ce numéro anniversaire est placé sous le signe de Heidi: plus de vingt textes inédits nés de la plume d’auteur-e-s des quatre régions linguistiques de la Suisse s’inspirent du célèbre récit pour enfants de Johanna Spyri. Nouvelle, poésie, reportage littéraire, essai ou séquence théâtrale revisitent chacun à leur manière l’histoire de la petite montagnarde au croisement entre ici et ailleurs, ville et campagne, enfance et âge adulte, kitsch, commerce et valeurs universelles.
 

Fichier attachéTaille
meister.pdf77.4 Ko

04.04.2016
Alfonso Diego Casella - La Fuite

Alfonso Diego Casella est né en 1967 à Francavilla Fontana (Brindisi), dans la région des Pouilles. Il vit entre Sienne et Bâle où il collabore avec les Siena Italian Studies, l’Oregon University Program Abroad et la Volkshochschule. Licencié en droit à l’université de Sienne, Casella a toujours fréquenté assidûment les cours de littérature. Il a participé à la revue Tamburi Battenti (avec Gianni Celati, Umberto Eco, Ginevra Bompiani), à la Voce del campo, aux pages culturelles du quotidien Il Cittadino et, aux côtés d’Antonio Tabucchi, au Gruppo Studio Brasile. Après un séjour de quatre ans à Londres, il s’installe à Strasbourg où il obtient une maîtrise en sciences politiques en Histoire de l’intégration européenne. Son premier roman, Cicoria, est publié en 2008 avec une préface de Tabucchi.

Casella revendique un engagement civil et politique dont il trouve les fondements culturels chez Leonardo Sciascia et Pier Paolo Pasolini, ainsi que chez son regretté maître et ami Tabucchi, auquel il a dédié son dernier livre. La nouvelle «La Fuga» est l’embryon d’un roman en cours d’écriture, appelé à parcourir, à travers les yeux d’un enfant, les attentats survenus dans l’Italie des années 1970. Contre le silence et les mensonges des autorités judiciaires, contre la vague éditoriale s’intéressant presque exclusivement au terrorisme rouge des Années de plomb, oubliant que celui-ci était une réaction au terrorisme d’Etat, ce roman est une dénonciation. Pour Casella, «on n’écrit pas par inspiration, mais par indignation». VVO

Fichier attachéTaille
casella.pdf59.89 Ko

21.03.2016
Ricardo Milpa - Poèmes

Ricardo Milpa, auteur hispano-suisse de langue maternelle française, est né en 1959. Journaliste, tenancier de bar, puis d’hôtel dans les Caraïbes, interprète, scénariste, travailleur social, Ricardo Milpa est surtout un grand voyageur toujours armé de papier et d’un stylo.


Dès l’adolescence, peinture et poésie l’ont accompagné dans ses voyages, en Amérique latine surtout, au Mexique en particulier. Il habite aujourd’hui en Suisse, sur la Côte vaudoise.
 

Fichier attachéTaille
milpa.pdf65.32 Ko

07.03.2016
Iris Von Roten - Du sentiment d'infériorité féminine

Docteure en droit, avocate et journaliste née à Bâle, Iris von Roten (1917-1990) a mené avec son mari Peter von Roten un long combat pour le suffrage féminin (voir la biographie et le film Amours ennemies qui leur ont récemment été consacrés). C’est dans le contexte des premières votations fédérales pour l’octroi du droit de vote aux femmes (1959) que paraît en 1958 Frauen im Laufgitter, encore inédit en français. Le livre fait l’effet d’une bombe: il bat des records de vente, mais est rejeté et critiqué de façon presque unanime. Même les organisations féministes décident de s’en distancer, dénonçant son manque de retenue et de diplomatie. Iris von Roten use en effet d’un style polémique et assuré, soutenu par le savoir rassemblé au cours de dix années de recherche, notamment lors de séjours en Angleterre et aux Etats-Unis. Blessée par des attaques personnelles après cette publication, humiliée sur la place publique, elle se retirera de la vie politique et littéraire.

Cet extrait de Frauen im Laufgitter (qu’on pourrait traduire par «Femmes en enclos») révèle un ton virulent, ironique, satirique, voire agressif, dans lequel s’exprime toute sa colère. Il offre un aperçu de son discours d’analyse sociopolitique, qui se penche ici sur la pérennisation et l’intériorisation de la domination par les opprimées. Derrière l’urgence de l’acceptation du suffrage féminin qu’on lit aujourd’hui d’un point de vue historique, Frauen im Laufgitter englobe des questionnements à l’écho étrangement actuel.
 

Fichier attachéTaille
vonroten.pdf68.35 Ko

23.02.2016
Etienne Barilier - Venise sauvée

Romancier, essayiste et traducteur, Etienne Barilier est né en 1947 à Payerne et vit à Pully. Après des études classiques, il consacre sa thèse de doctorat à Albert Camus. Tout en tenant des rubriques dans le Journal de Genève et L’Hebdo, il se consacre à l’écriture. Son premier récit, Orphée, paraît en 1971, et sera suivi par plus d’une cinquantaine de romans et d’essais ainsi que par de nombreuses traductions de l’allemand, de l’italien et du latin – notamment de Dürrenmatt, Hohl, Muschg, Wedekind ou Landolfi.

Musique, peinture et littérature sont au cœur de son travail d’essayiste et de romancier. Son œuvre a été récompensée par plusieurs distinctions, parmi lesquelles le Grand Prix de la Fondation vaudoise pour la culture (1987) et le Prix européen de l’essai Charles Veillon en 1995 pour Contre le nouvel obscurantisme, qui dénonce les irrationalismes contemporains.

D’une élégance classique, ­ ­Les Cheveux de Lucrèce, son dernier roman, raconte une histoire d’amour et de jalousie à Florence en entrelaçant tragédie contemporaine et figures de la Renaissance ­ (Le Courrier du 2 octobre 2015). Etienne Barilier a publié en début d’année Vertige de la force: commencé au lendemain de l’attentat contre Charlie Hebdo, cet essai lumineux réfléchit aux liens entre la violence et le sacré.
APD

Fichier attachéTaille
barilier.pdf103.54 Ko

08.02.2016
Azzurra de Paola - La Vérité est un monde terrifiant

Azzurra de Paola est née à Rome en 1983 et vit depuis 2007 en Suisse alémanique. Elle a étudié la philosophie et la théorie du langage à l’Université Rome III, puis travaillé comme critique de cinéma pour plusieurs médias italiens.

Ses poèmes, très marqués par l’expérience autobiographique et très charnels, «abordent l’angoisse avec une attitude d’adolescente adulte (...) avec la pleine conscience des conséquences que chaque geste porte en soi» (Francesco Tomada).


Son premier recueil, Benedizione per la bassa moltitudine (Bénédiction pour le petit peuple, Prix Giorgi de l’inédit, 2011) tente, pour utiliser les mots de Loredana Magazzeni dans sa préface, de «donner une grammaire aux émotions: une recherche harassante, toute au féminin».

En 2014, elle publie la plaquette La Verità è un mondo terrificante (La Vérité est un monde terrifiant), dont sont extraits les trois textes publiés ici en première traduction française.
PLI

Fichier attachéTaille
depaola.pdf61.97 Ko

25.01.2016
Pascale Favre - Laisse béton

Pascale Favre est née en 1970 à Genève. Après une première formation en architecture d’intérieur, elle suit des études d’art et développe une pratique associant dessin et écriture. Touchant à la mémoire intime et son rapport à l’espace architectural, son travail prend forme dans des livres, des expositions et des lectures-performances.

Elle a rejoint en 2006 le comité des Editions art&fiction, qu’elle préside actuellement. Outre le travail artistique et l’é́dition, elle enseigne au Centre de formation professionnelle Arts appliqués.

Une première version de Laisse béton a accompagné une installation pour une exposition dans un abri PC. Le texte a ensuite été retravaillé en fonction de l’actualité et des découvertes sur le sujet.

pascalefavre.ch

Fichier attachéTaille
favre.pdf80.78 Ko

11.01.2016
Laurence Boissier - Le maillot de bain orange

Née en 1965, Laurence Boissier vit à Genève et a publié plusieurs recueils de récits. Brefs, iconoclastes et subtils, ils excellent à dépeindre des situations banales qui se dérèglent, avec un sens affirmé du cocasse et de la transgression.

Depuis 2011, Laurence Boissier fait partie de Bern ist überall, collectif d’auteurs et de musiciens romands et alémaniques qui sort ces jours son dernier cd, Renens (coédition d’autre part et Der gesunde Menschenversand).

Son travail lui a valu en 2009 une bourse Nouvel auteur de la Ville et du canton de Genève ainsi que le Prix Studer/Ganz.


Inventaire des lieux, son dernier assemblage, est sorti fin 2015.
APD

Fichier attachéTaille
boissier.pdf68.5 Ko

21.12.2015
Ugo Frey - Le Jardin des Kiegler-Maggetti

Né au Tessin en 1924, Ugo Frey s’intéresse très tôt au journalisme et à la poésie. Après des études de lettres à l’université de Bâle, il sera nommé, en 1955, rédacteur en chef de la version italophone de l’hebdomadaire Coopération. De 1970 à 1981, il est chef des impressions de Coop Suisse et chargé des relations publiques. Rentré dans son Tessin natal, il collabore dès lors comme journaliste libre à de nombreux périodiques tessinois et suisses, en se dédiant davantage à son activité de poète et de romancier.

Les extraits proposés ici sont tirés de L’orto dei Kiegler-Maggetti, paru en 2003 aux Edizioni dell’Unicorno. Ce roman de formation, ou «journal d’un roman», comme souligne le sous-titre, se démarque par l’usage d’un langage désinvolte et proche des maladresses du parlé, et par le dépassement des thématiques paysannes du Tessin d’avant-guerre. A travers une écriture hachée où se mêlent les idiomes d’une famille bilingue, l’auteur fait ainsi jaillir les images poignantes et fragmentées de cette «deuxième vie» qu’on appelle la mémoire.
NDM

Fichier attachéTaille
frey.pdf88.07 Ko

07.12.2015
Peter Bichsel - L'art du chemin de fer

Né en 1935, Peter Bichsel a grandi à Olten et vit aujourd’hui à Bellach, dans le canton de Soleure. Enseignant à l’école primaire jusqu’en 1968 puis conseiller personnel de Willy Ritschard, membre du Conseil fédéral, de 1974 à 1981, il est l’auteur de romans et d’essais politiques et philosophiques, mais excelle surtout dans la forme courte. Il s’est également distingué en tant qu’écrivain pour enfants et chroniqueur, essentiellement pour la Weltwoche, le Tages Anzeiger et la Schweizer Illustrierte. Peter Bichsel a été invité à donner des conférences sur la littérature dans plusieurs universités américaines, et son fonds d’archives se trouve aux Archives littéraires suisses à Berne.


Le texte que nous publions ici est extrait de Der Busant, recueil de huit histoires en prose publié en 1985, unique par sa forme et son style et toujours inédit en français. Plus pour longtemps, puisqu’il paraîtra en 2016 sous le titre L’Oiseau de malheur, ou Les nouvelles amours de Maguelonne, suivi de sept autres contes de flics et d’ivrognes, dans une traduction d’Alexandre Pateau. Ce livre est déterminant dans la trajectoire de l’écrivain, selon le traducteur. Déjà célèbre pour ses «miniatures littéraires» qui tiennent parfois en quelques lignes et dont le meilleur exemple est le recueil Le Laitier, Peter Bichsel «éprouve ici les limites de notre conception de la narration, et, par là, du récit, du conte, de la fable. Les textes de ce recueil peuvent être qualifiés d’expérimentaux (au sens large), postsurréalistes, burlesques, tragi-comiques.» APD

Fichier attachéTaille
bichsel.pdf80.71 Ko

24.11.2015
Marie Houriet - Je regardais Lili remplir le frigo quand c’est arrivé

Née en 1966, Marie Houriet réside actuellement à Porrentruy, dans le Jura, après une scolarité  à Fribourg, des études à Genève (psychologie et relations internationales) et à Zurich (master sur les pays en développement à l’EPFZ), ainsi que quelques mois en Amérique centrale.

Elle a travaillé pour le Centre de contact Suisse-immigrés à Genève.


Après la publication de son premier roman, Viva Movida, en 2001, elle réduit son temps de travail afin de se consacrer à la littérature, choix conforté par la bourse d’aide à l’écriture du canton de Genève la même année. Ce soutien débouche sur De Gris et de violet, pièce de théâtre inédite et jamais portée sur des planches – Marie Houriet est aussi comédienne amateur.

En 2010, elle démissionne de son poste pour partager son temps entre mandats et écriture. Elle signera Coup de sac, qui inaugure la collection littéraire de la Société Jurassienne d’Emulation, et travaille à un troisième roman, Temps de sel, dont nous publions ici un extrait.


Elle confie écrire sur ce qui l’ébranle, ce sur quoi elle a le moins de prise, «la nostalgie, l’arrachement, le pouvoir, le travail, les enfants, l’attachement».
APD

Fichier attachéTaille
houriet.pdf72.14 Ko

10.11.2015
Alain Bagnoud - Un soir au théâtre

Alain Bagnoud, né en 1959 à Sierre, a vécu en Valais jusqu’en 1978 avant de s'installer à Genève où il enseigne le français. Il est l’auteur d’une dizaine d’ouvrages qui portent un regard sensible sur le monde qui l’entoure – romans, textes brefs et pièces de théâtre non publiées.
Il a également signé une trilogie autofictive sur son enfance et sa jeunesse valaisanne, où il montre avec finesse le tiraillement entre modernité et tradition.

Ce printemps, il a publié L’Affaire Giroud et le Valais (L’Aire): retraçant l’histoire de l’encaveur qui a fait scandale, il dépeint un Valais dans lequel il ne se reconnaît pas.    

En tant que critique et chroniqueur, Alain Bagnoud collabore à des journaux et revues littéraires et tient le blog http:// bagnoud.blogg.org

Le texte que nous publions ici est extrait d’un roman en cours d’écriture.
APD

Fichier attachéTaille
bagnoud.pdf77.33 Ko

27.10.2015
Claude Luezior - Ordonnance à ma contractuelle préférée

Né en 1953 à Berne, Claude Luezior y passe son enfance puis étudie à Fribourg, Philadelphie, Genève, Lausanne, Rochester (Minnesota) et Boston. Médecin, spécialiste en neurologie, il devient chef de clinique au CHUV puis professeur titulaire à l’université de Fribourg – son nom civil est Claude-André Dessibourg.

Il a publié une trentaine d'ouvrages depuis 1995, romans, nouvelles, recueils de poésie, haïkus ou livres d’art, et vient de sortir une trilogie poétique. «Par la magie de sa tonalité si particulière, la cocasserie insolite de son humour et sa participation d’écorché vif à la douleur du monde, Claude Luezior nous fait sentir la matière première du bonheur», écrit à son propos la romancière Joëlle Stagoll.

Se définissant comme humaniste, Claude Luezior encourage par ailleurs la collaboration multidisciplinaire, donne des conférences, écrit des articles, essais et éditoriaux dans des revues littéraires et a reçu plusieurs distinctions en France: chevalier de l’Ordre national des Arts et des Lettres, il a été récompensé notamment par un Prix de poésie de l’Académie française en 2001.
APD
Site de l’auteur: claudeluezior.weebly.com

Fichier attachéTaille
luezior.pdf90.63 Ko

12.10.2015
Angelika Overath - Elle se retourne

Angelika Overath est née à Tübingen en Allemagne en 1957 et vit aujourd’hui à Sent, dans les Grisons. Elle est active comme reporter, critique littéraire et essayiste. Ses reportages littéraires et ses œuvres de fiction ont été plusieurs fois récompensés. Paru en 2009, le roman Flughafenfische (Poissons d’aéroport, Luchterhand. 2008) était en lice pour le Deutschen et le Schweizer Buchpreis.

Sie dreht sich um (Elle se retourne) est son neuvième livre publié, le cinquième chez Luchterhand.
Dans ce roman, l’auteure suit Anna Michaelis, fraîchement abandonnée par son mari, qui prend la fuite et part sur ses propres traces dans les musées d’Europe puis du monde. Le premier vol disponible la mène à Edimbourg, où elle se retrouve bientôt face au dos d’une jeune Bretonne, peinte par Gauguin, qui se met d’elle-même à lui parler. C’est le début d’un jeu: de ville en ville, de peinture en peinture, Anna Michaelis entre en dialogue avec ces femmes peintes de dos, et découvre en elles des complices. L'extrait que nous publions ici est le début du deuxième chapitre, «Première image, deuxième jour».
 

Fichier attachéTaille
overath.pdf62.16 Ko

28.09.2015
Jean-Pierre Rochat - La nuit de la nouvelle

Jean-Pierre Rochat est né en 1953 à Bâle et a grandi à Bienne. D’abord berger en Suisse alémanique et dans le canton de Vaud, il exploite depuis 1974 un domaine à Vauffelin, dans le Jura bernois francophone, et élève des chevaux Franches-Montagnes.

C’est à l’aube qu’il écrit, avant son travail de paysan.


Dans Berger sans étoiles, récit qui a lancé sa carrière littéraire, il revenait sur ses années de berger dans le Haut-Jura bernois à la fin de l’adolescence – entre liberté, solitude et rébellion, un retour aux sources bien loin du folklore.


Nouvelles, récits et carnets d’annotations précèdent un premier roman, L’Ecrivain suisse allemand: cette histoire d’une amitié étonnante entre un paysan de montagne et un écrivain à succès a reçu le Prix Dentan 2013. Suivront le savoureux Journal amoureux d’un boucher de campagne puis Lapis-lazuli, romans du corps amoureux à la fois tendres et crus où Rochat fait preuve d’un véritable talent de conteur et de dialoguiste.


A la fois rugueuse et sensuelle, prosaïque et poétique, son écriture aux images fortes dit l’amour et le travail de la terre, mêle fantasmes et quête d’une transcendance.

Le texte que nous publions ici est extrait d’un roman en cours d’écriture.
 

Fichier attachéTaille
rochat.pdf113.05 Ko

15.09.2015
Sylvie Blondel - Clair-obscur

Née à Lausanne, Sylvie Blondel a enseigné le français dans un lycée lausannois après avoir travaillé quelques années comme journaliste à Radio Suisse internationale, où elle a réalisé diverses émissions culturelles et, en 1990, un reportage en Argentine sur les descendants d’émigrés valaisans et fribourgeois. Elle a également participé à des spectacles de théâtre. Depuis 2013, elle est membre du comité de l’Association Tulalu!? pour la promotion de la littérature romande. En 2010 paraît son premier recueil de nouvelles Le Fil de soie, mis en ondes sur la RTS Espace2, dans l’émission Imaginaire.

«Clair-obscur» est le début du premier chapitre de Ce que révèle la nuit (Histoire de la vie et de la mort d’un chasseur de comètes), roman inspiré par la vie de l’astronome Jean-Philippe Loÿs de Cheseaux (1718-1751), à paraître fin octobre chez Pearlbooksedition. Le peu d’informations qui nous restent sur cet astronome réputé en Europe  permet à l’auteure d’inventer librement. Entrelaçant son récit à celui d’un jeune homme qui enquête sur Loÿs pour oublier une femme aimée, elle s’interroge sur ce qui demeure d’une vie et sur le sens de l’existence.

Fichier attachéTaille
blondel.pdf72.56 Ko

31.08.2015
Philippe Rebetez - Mattmark

Né en 1956 à Delémont, où il vit, Philippe Rebetez travaille avec des personnes en situation de handicap. Il organise depuis plus de dix ans le Mai littéraire de l'association ­­ Le Temps des cerises.

Il est l'auteur de trois recueils de poèmes publiés aux Editions Samizdat, à Genève.

Pendant six mois, il a bénéficié d'un mentorat littéraire attribué par la commission intercantonale de littérature des cantons de Berne et du Jura. Ce travail d'accompagnement a été mené avec l'écrivain tessinois  Alberto Nessi.

Il y a cinquante ans, le 30 août 1965, quatre-vingt-huit travailleurs dont cinquante-six immigrés italiens étaient tués lors de la catastrophe sur le chantier du barrage de Mattmark, en Valais.


Mattmark est un poème tiré d’une partie d’un recueil en cours d’écriture intitulée Chantier.

Fichier attachéTaille
rebetez.pdf64.07 Ko

22.06.2015
Daniel Maggetti - La Veuve à l'enfant

Né en 1961 au Tessin, Daniel Maggetti est écrivain et directeur du Centre de recherches sur les Lettres romandes de l’université de Lausanne. Depuis sa thèse de doctorat consacrée à L’Invention de la littérature romande 1830-1910 (Payot, 1995), il a signé de nombreuses études sur l’histoire de la littérature en Suisse romande et a notamment collaboré à des projets d’édition critique de textes de C. F. Ramuz (édition de ses romans dans la Bibliothèque de la Pléiade et de ses Œuvres complètes chez Slatkine).

Daniel Maggetti est l’auteur de romans, récits et poèmes souvent ancrés dans sa terre d’origine, qui font s’entrechoquer plusieurs langues (voir biblio).
Nous publions ici le troisième chapitre de ­­La Veuve à l’enfant, à paraitre en août aux Editions Zoé: à la frontière du récit historique et de l’invention romanesque, le roman raconte la vie mouvementée d’Anna Maria, servante d’un prêtre tombé en disgrâce dans la Suisse italienne du XIXe siècle.
 

Fichier attachéTaille
maggetti.pdf65.68 Ko

01.06.2015
Ernst Burren - Nains de jardin

Né à Oberdorf, près de Soleure, en 1944, Ernst Burren a suivi l’école normale à Soleure. Il a travaillé comme professeur d’école primaire et vit aujourd’hui à Oberndorf. En plus de la poésie et de la prose, Ernst Burren a également écrit des pièces de théâtre et a travaillé pour la radio et la télévision.

«Chez Burren, le dialecte épouse tous les genres. Ce dialecte est sa langue, la langue d’Oberdorf», écrit Pedro Lenz, qui a lu des textes de Burren lors d’une rencontre hommage aux dernières Journées littéraires de Soleure. «Burren a beau écrire toute son œuvre en dialecte, on n’y trouve aucune intention expérimentale. Car Ernst Burren a un grand thème qui de toute évidence le poursuit et le pousse à toujours se remettre à écrire: les gens qui parlent dans son entourage.»
Depuis les années 1970, il construit donc une œuvre singulière et foisonnante encore jamais traduite en français (voir derniers titres ci-contre). Ce sera bientôt chose faite grâce à Ursula Gaillard, qui traduit Füürwärch, Mundartgeschichten, à découvrir début 2016 aux Editions d’En bas sous le titre Feux d’artifice. Histoires en dialecte et de dialecte, et dont est tiré le texte publié ici.
 

Fichier attachéTaille
burren.pdf68.05 Ko

18.05.2015
Mélanie Richoz - J'ai tué papa

Née en 1975 dans le canton de Fribourg, Mélanie Richoz vit à Bulle où elle exerce la profession d’ergothérapeute en pédiatrie. Elle se frotte à des genres littéraires très divers: auteure de chroniques, de pièces de théâtre, de chansons et de nouvelles, elle a également publié deux romans.

L’extrait que nous proposons ici est le début de J’ai tué papa, à paraître aux Editions Slatkine en septembre prochain. Le roman, qui alterne les voix d’Antoine, de son père et de sa mère, plonge le lecteur dans le quotidien d’un garçon autiste de onze ans, confronté au monde et à l’hospitalisation de son père.   

http://melanierichoz.wordpress.com

Fichier attachéTaille
richoz.pdf62.68 Ko

04.05.2015
Sabine Haupt - Sur le chemin des délices

Sabine Haupt, née en 1959 à Giessen (Allemagne), vit en Suisse romande depuis 1980. Elle est auteure, journaliste et professeure de littérature générale et comparée à l’Université de Fribourg. Son nouveau recueil intitulé Blaue Stunden. Kleine Quadratur der Liebe («Heures bleues. Petite quadrature de l’amour») vient de paraître aux Editions Offizin, à Zurich. Il contient 49 nouvelles, agencées en quatre chapitres, qui mélangent écriture réaliste, essai et lyrisme pour parler d’expériences amoureuses quotidiennes ou extraordinaires. Avec humour et (auto-)ironie, l’auteure nous présente son regard sur les hommes et les femmes, et sur la société.

Le texte que nous publions ici a été écrit pour le 9e numéro de la revue Viceversa littérature, «Un bestiaire suisse», en librairie à partir de mi-mai. Placé sous le signe de l’animalité, ce numéro de Viceversa laisse proliférer chiens, chats, rats, vaches, truies, chevaux, rhinocéros, oiseaux et petites souris, en suivant le regard vagabond de Jean-Marc Lovay, l’écriture effilée d’Eleonore Frey, la musicalité d’Anna Felder ou encore en plongeant au cœur du «bestiarium» foisonnant de Leo Tuor. Sans oublier le cahier d’inédits où se rencontrent des bêtes chimériques, poétiques ou familières.

photo: David Gagnebin-de Bons

Fichier attachéTaille
haupt.pdf78.27 Ko

20.04.2015
Guy Krneta - Paulette

Guy Krneta est né à Berne en 1964.


A l’adolescence déjà il se prend au jeu du dialecte et compose des textes politiques et sociocritiques en bernois. Il écrit des pièces pour le théâtre, un milieu dans lequel il exerce de nombreuses fonctions, de dramaturge à directeur de théâtre et de festival. Ses textes en prose – dont beaucoup sortent aussi sous forme de CD – s’inscrivent dans une longue tradition de «Mundart-Literatur» ouverte au monde, à la suite du poète Kurt Marti, du chansonnier Mani Matter, ou aujourd’hui de l’écrivain Pedro Lenz. Grand défenseur de la langue parlée, Guy Krneta monte lui-même sur scène pour réciter ses textes en formation spoken word, avec le groupe Bern ist überall, et pour une «mixture de littérature et de rap» avec le rappeur Greis et le musicien Apfelböck. Il s’engage sur le plan de la politique culturelle; il a entre autres contribué à initier l’Institut littéraire suisse, à Bienne, et participe à des actions artistiques à travers la plateforme Art+Politique.


Le texte présenté ici est le début de Ursle (Verlag X-Time, 2004), monologue qui a fait l’objet de plusieurs adaptations théâtrales. La traduction a elle-même été adaptée pour la scène dans une version pour violon et voix, sur une composition de Jean-Luc Darbellay (texte complet sur www.chlitterature.ch).

Rencontres avec Guy Krneta: voir www.prixlitterature.ch

Photo: SÉBASTIEN AGNETTI

Fichier attachéTaille
krneta.pdf50.28 Ko

07.04.2015
Pietro De Marchi - Pierres de gué

Pietro De Marchi est né en 1958 à Seregno, dans le nord de l’Italie, et vit depuis plusieurs années à Zurich, où il a obtenu un doctorat en Italienische Literaturwissenschaft. Il est professeur aux universités de Zurich, Neuchâtel et Berne. En tant que chercheur, il a travaillé sur la littérature italienne des XVIIIe et XIXe siècles et sur la poésie contemporaine, avec des études sur Giorgio Orelli ou Fabio Pusterla, entre autres.

Son premier livre de poèmes paraît en 1999 chez Casagrande, suivi d’un deuxième en 2007, couronné par le Prix Schiller. En 2009, une anthologie de ses poèmes paraît en allemand chez Limmat Verlag dans une traduction de Chrisophe Ferber, suivie en 2012 d’une traduction en anglais (par Marco Sonzogni, chez Guernica Press à Toronto).

Le texte que nous présentons ici est tiré de son premier recueil de proses, Ritratti levati dall’ombra, paru en 2013 chez Casagrande.

Pietro De Marchi a siégé dans le Conseil de Fondation de Pro Helvetia; il est actuellement membre du jury des Prix suisses de littérature.
 

Fichier attachéTaille
demarchi.pdf70.25 Ko

23.03.2015
Ruth Loosli - Wila

C’est une drôle de dame, cette Wila, qui se renouvelle sans cesse et reste pourtant fidèle à elle-même. Tour à tour caissière, thérapeute ou enseignante, elle aborde le monde avec curiosité et audace faisant preuve d’un véritable don pour transformer les expériences les plus banales en événements sensationnels. De jeux de mots en situations absurdes, Wila s’amuse de tout avec une sagacité et une perspicacité légèrement décalées.

Sa créatrice, Ruth Loosli, est née en 1959 dans le Seeland bernois et vit depuis quelques années à Winterthur. Après une formation de maîtresse d’école primaire, et trois enfants, elle se décide à ouvrir ses tiroirs et mettre de l’ordre, poursuivre et développer les textes qui les garnissent. Admiratrice des mots, elle déclare écrire depuis toujours de petites proses, des poèmes, des pièces pour le théâtre ou pour la radio, dont elle publie un grand nombre dans des anthologies et des revues littéraires.  

Remarqué en Suisse alémanique lors de sa publication en 2011, Wila paraîtra prochainement en français aux Editions Samizdat dans une traduction de Camille Luscher.

photo: Anne Bürgisser
 

Fichier attachéTaille
loosli.pdf84.26 Ko

09.03.2015
Marie-Claire Dewarrat - Le Tombeau de Talpiote

D’origine fribourgeoise, Marie-Claire Dewarrat est née à Lausanne en 1949.

Ouvrière et mère de famille, elle se fait connaître en 1985 par la publication chez L’Aire d’un recueil de nouvelles, L’Eté sauvage, qui se voit récompensé par le Prix BPT.


Elle se consacre depuis lors à l’écriture et a publié une douzaine de titres, romans et recueils de nouvelles.


En 1988, Carême (L’Aire, 1987) a reçu le prestigieux Prix Michel-Dentan.

Nous publions ici un extrait du Tombeau de Talpiote, son prochain roman en cours d’écriture.
AP

Photo Mélanie Rouiller

Fichier attachéTaille
dewarrat.pdf57.54 Ko

23.02.2015
Daniel de Roulet - Est-ce que je suis Mapuche?

Né à Genève en 1944, Daniel de Roulet suit une formation d’architecte et travaille d’abord comme informaticien avant de se lancer dans l’écriture. Romancier, essayiste, auteur de récits autobiographiques, il est l’auteur d’une œuvre littéraire en prise avec son temps, qui lui a valu de nombreux prix et a été traduite en plusieurs langues.

La marche et la course à pied, la mondialité ou la question de la frontière sont quelques-uns des thèmes au cœur de son travail, tout comme le nucléaire: d’Hiroshima à Fukushima, il lui a consacré dix romans qui retracent son histoire à travers le temps et les lieux, par le biais d’une palette de personnages se croisant d’un livre à l’autre. Cette saga est devenue en 2014 un projet numérique, La Simulation humaine (voir www.daniel-deroulet.ch).

Actuellement en voyage de la Patagonie à l’Alaska sur les traces de l’émigration helvétique, Daniel de Roulet nous envoie ce texte inédit depuis Valparaiso, Chili.
 

Fichier attachéTaille
roulet.pdf74.07 Ko

09.02.2015
Elisabeth Jobin - Trois jours au Tankwa Karoo

Elisabeth Jobin est née en 1987 dans le Jura bernois. Après un bachelor à l’Institut littéraire suisse de Bienne, elle suit des études universitaires en histoire de l’art.

Son premier roman, Anatomie de l’hiver, se déroule dans un village isolé pendant la saison froide, où la disparition d’un jeune homme pèse lourd autant qu’elle fascine ceux qui rêvent d’ailleurs...

Trois jours au Tankwa Karoo est extrait d’un carnet de voyage.

  APD

Fichier attachéTaille
jobin.pdf56.25 Ko

26.01.2015
Guy Poitry - Derniers entrechats de la Camarde

Né en 1956 à Genève, Guy Poitry enseigne la littérature française à l’université de Genève depuis 1981. Dans le domaine de la critique littéraire, il a publié un ouvrage sur Michel Leiris ainsi qu’une Méthodologie de la dissertation littéraire, outre différents articles sur Voltaire, Diderot, Sade…

Egalement chroniqueur au Courrier, actif au sein de feu Hétérographe, revue des homolittératures ou pas:, il est l’auteur de récits et romans à l’écriture précise et sensible. Alors que Dessalines s’attachait à la figure historique du révolutionnaire et premier (éphémère) Empereur d’Haïti, Comme un autre retraçait le délicat passage de l’enfance à l’âge adulte.

Les fragments publiés ici sont extraits de Derniers Entrechats de la Camarde, un ensemble de 37 textes mettant en scène la Mort pour une sorte de danse macabre moderne.
 

Fichier attachéTaille
poitry.pdf72.08 Ko

12.01.2015
Olivier Sillig - Yvon et Yvan

Né en 1951 à Lausanne, où il réside, Olivier Sillig a fréquenté les Beaux-Arts à Londres et fait des études de psychologie avant de travailler comme informaticien. Il est scénariste, réalisateur et metteur en scène, mais aussi sculpteur et avant tout romancier.

Son univers littéraire est à l’image de ses intérêts éclectiques: Olivier Sillig explore tous les genres, de la science-fiction aux récits historiques, du fantastique au polar, pour n’en mentionner que quelques-uns.

A la fois noir et très touchant, son neuvième et dernier roman, Le Poids des corps, met en scène un ex-prof de latin solitaire qui recueille un soir une jeune toxicomane. Elle sera retrouvée morte le surlendemain... et il mettra le doigt dans un engrenage qui bouleverse sa vie.


Le texte que nous publions ici est extrait d’un roman en cours d’écriture.
 

Fichier attachéTaille
sillig.pdf62.91 Ko

22.12.2014
Marcel Miracle - Brève destruction

Géologue de formation, Marcel Miracle est né en 1957 à Madagascar. Il partage sa vie entre Lausanne, où il exerce le métier d’enseignant, et le désert tunisien, fertile en trouvailles poétiques – il profitera d’ailleurs de sa ­pré-retraite en 2015 pour s’y installer durablement.


Depuis une vingtaine d’années, Marcel Miracle élabore une œuvre fondée sur l’association de texte et de dessins, d’objets détournés et de collages. Souvent construite en série, elle déploie un univers poétique saturé de signes et de références, où l’invisible n’est jamais loin, où l’humour flirte avec l’inquiétude.


Son travail a fait l’objet de nombreuses expositions en Suisse, en France et en Belgique  – on pourra notamment le découvrir à Art Genève en janvier lors d’un focus proposé par la galerie André Magnin, puis en mars au salon Drawing Now à Paris, et dès le 3 avril dans le cadre de l’expo consacrée à Michel Leiris au Centre Pompidou à Paris; en automne prochain, la galerie genevoise Ligne 13 exposera par ailleurs 400 de ses dessins sur Perec.


Les livres de Marcel Miracle combinent texte et image pour construire une même cosmogonie, qui puise ses références dans les œuvres des surréalistes, de Borgès, Perec, Arthur Cravan ou Malcolm de Chazal.


Nous publions ici deux planches tirées de Brève destruction, une série de 124 éléments.

Lire notre portrait de Marcel Miracle: www.lecourrier.ch/marcel_miracle

Fichier attachéTaille
miracle.pdf237.06 Ko

08.12.2014
Sibylle Monney - Au milieu des vernes

Née à Genève, Sibylle Monney a étudié les sciences sociales et travaillé dans la gestion de projets culturels, essentiellement pour les arts de la scène.
Jusqu’à ce jour, elle privilégie les formes littéraires courtes, comme le fragment ou la poésie. Les signes de présence humaine dans la nature sont l’une de ses principales préoccupations poétiques, tout comme celle, moins apparente, du lien et de la solitude.


En tant qu’auteure, elle a collaboré avec le musicien et compositeur Andrès Garcìa sur plusieurs titres de l’album Haunted Love (Poor Records, 2012).


En 2013, elle s’associe au Lamouratoire, un collectif qui, dans le cadre du festival La Fureur de Lire à Genève, a mené une réflexion littéraire sur l’amour et l’utopie. La même année, elle obtient le Prix Atelier Studer Ganz. Certains de ses derniers poèmes ont été lus récemment dans le cadre du festival genevois Poésie en Ville.
Le poème et le texte publiés ici sont extraits d’un travail en cours d’écriture.

Fichier attachéTaille
monney.pdf57.08 Ko

24.11.2014
Nétonon Noël Ndjékéry - Une affaire de chien

Nétonon Noël Ndjékéry est né en 1956 à Moundou, au Tchad, où il a mené des études supérieures de mathématiques et de physique.
Installé en Suisse depuis plusieurs années, il est informaticien au service d’une entreprise industrielle de la région lausannoise.

Il est l’auteur de romans et nouvelles ancrés dans le quotidien, où le récit de destins souvent tragiques est porté par une langue vive et imagée, et contrebalancé par l’humour.

Le récit que nous publions ici lui a été inspiré par un fait divers qui s’est déroulé en Ukraine il y a quelques années, lu dans ­ Le Monde.
APD

photo: Inès Gaulis

Fichier attachéTaille
ndjekery.pdf62.75 Ko

10.11.2014
Mathilde Vischer - Fragments

Née à Genève en 1974, Mathilde Vischer est traductrice littéraire et professeure à la Faculté de traduction et d'interprétation de Genève. Elle a traduit des poètes contemporains de l’allemand (Felix Philipp Ingold), et surtout de l’italien (Fabio Pusterla, Alberto Nessi, Pierre Lepori, Massimo Gezzi, Elena Jurissevich, Leopoldo Lonati). Elle a également signé un essai, La Traduction, du style vers la poétique: Philippe Jaccottet et Fabio Pusterla en dialogue (Editions Kimé, 2009).

Au printemps dernier est paru son premier recueil de proses poétiques, Lisières, «dont la douceur et la précision sensuelle participent de la puissance évocatrice», écrivions-nous (Le Courrier du 23 août 2014). Construit en trois parties, le recueil s’organise en brefs pavés de texte – à l’instar des fragments ici publiés, issus d’un travail en cours. Ces blocs de mots «semblent émerger du silence, comme des pierres à la surface d’une rivière, toujours à l’orée de l’indicible, l’effleurant à peine»: car c’est avec finesse, émotion et justesse de ton que Mathilde Vischer évoque la fragilité de la vie, la perte d’un enfant attendu, mais aussi la puissance du corps et de la nature.  
Anne Pitteloud

Fichier attachéTaille
vischer.pdf50.8 Ko

27.10.2014
Prisca Agustoni - Les Survivants

Née  à Lugano en 1975, Prisca Agustoni a grandi au Tessin et a suivi une formation en littérature et études genre (Master) à l’Université de Genève, avant de s’installer au Brésil et d’y soutenir une thèse en littératures comparées. Depuis 2008, elle est professeur ordinaire de littérature italienne à l’Université fédérale de Juiz de Flora (BR).


Traductrice (Jenaro Talens, Elisa Biagini, Julien Burri, Claire Genoux), elle a publié des histoires pour enfants et plusieurs recueils de poèmes dans les différentes langues qu’elle habite – italien, espagnol, français, portugais.


Quel che resta del bianco («Ce qui reste du blanc») est son premier livre de nouvelles. La narration y est souvent juste esquissée: des situations bancales, des personnages à l’identité instable et aux émotions à fleur de peau alternent avec une veine plus surréelle, où les histoires semblent flotter à l’horizon (comme l’atteste le final ouvert de la nouvelle ici présentée). On perçoit, parmi les modèles de l’auteure, les Sillabari de Goffredo Parise ou l’écriture charnelle de Natalia Ginzburg, avec une pointe de réalisme magique qui trouble la surface du réel.
 

Fichier attachéTaille
augustoni.pdf81.43 Ko

13.10.2014
Simone Lappert - Ombres portées

Simone Lappert, née en 1985 à Aarau, vit à Bâle. Elle a obtenu son bachelor à l’Institut littéraire de Bienne en 2011 et a été boursière du Literaturkurs Klagenfurt et du LCB (Literarisches Colloquium Berlin). En 2010, elle a reçu le premier prix pour jeunes auteurs de la RSGI (Regensburger Schriftstellergruppe International), puis en 2013 le Heinz-­­­­Weder-Preis pour la poésie, et enfin en 2014 le prix Newcomer du concours littéraire Wartholz.

Wurfschatten («Ombres portées»), dont nous publions ici un extrait, est son premier roman.
Le personnage central, la jeune actrice Ada, est paralysée par de multiples angoisses. Elle se croit gravement malade, à deux doigts de la mort, et vérifie cent fois par jour que son cœur ne s’est pas arrêté de battre. Comme elle ne peut plus payer son loyer, elle est contrainte de loger dans son appartement le petit-fils du propriétaire, ce qui accroît son désarroi.
Simone Lappert parvient à brosser le portrait à la fois humoristique et sérieux d’une hypocondriaque, dans un texte caractérisé par des images saisissantes et une conscience formelle appuyée.
RGT

Photo: Björn Greve

Fichier attachéTaille
lappert.pdf78.93 Ko

29.09.2014
Max Lobe - On ne pleure pas au pays

Né en 1986 à Douala, au Cameroun, Max Lobe vit en Suisse depuis dix ans. Il a suivi des études de communication et journalisme à Lugano, puis de management à Lausanne. Il vit aujourd’hui à Genève et se consacre à l’écriture.


Auteur de trois romans reconnaissables par leur langue tissée d’expressions camerounaises, il se dit inspiré par la littérature et les contes africains, qui l’ont bercé, mais aussi par les textes de C.F. Ramuz.


Prix Roman des Romands l’an dernier, 39 rue de Berne dépeint la vie des immigrés clandestins dans la fameuse rue genevoise, où se croisent prostituées et dealers. Max Lobe y aborde les thèmes de l’émigration, de la traite des femmes ou de l’homosexualité noire avec finesse et humour.


Il tient un blog, «Les Cahiers bantous», où il publie régulièrement des nouvelles. Celle que nous proposons ici a été écrite pour l’occasion, et vous la trouverez dans son intégralité sur www.chlitterature.ch
 

Fichier attachéTaille
lobe.pdf60.95 Ko

15.09.2014
Daniele Bernardi - La mère (poème tragique)

Appartenant à la nouvelle génération de poètes de Suisse italienne, Daniele Bernardi est né à Lugano en 1981. Il est comédien professionnel et auteur. Il collabore également aux services culturels de la Radio Suisse italienne (Rete2) par des chroniques littéraires.

Après avoir donné ses premiers textes à une anthologie de jeunes voix tessinoises, proposée par Davide Monopoli chez l’éditeur-plasticien Mauro Valsangiacomo (Alla chiara fonte éditions), il a publié deux plaquettes de vers remarquées.

Son écriture se distingue par une certaine modestie narrative, où un «je lyrique» en retrait est porteur d’une vision latérale de la vie et d’un doute permanent – historique et générationnel: «Oltre il limite risibile del secolo / scorso con uno sguardo incredulo. ­
E / non più, certamente, euforico» («Par-delà la limite risible du siècle / passé, avec un regard d’incrédulité. Et / jamais plus, bien entendu, euphorique»).
 

Fichier attachéTaille
bernardi.pdf60.29 Ko

01.09.2014
Stefano Marelli - Soldat Frigerio, rompu!

Né en 1970, Stefano Marelli a grandi à Chiasso (Tessin) et vit à Sagno. Il a été chauffeur, bistroquet, éducateur et journaliste. Actuellement, il produit des sous-titres pour le télétexte.

Il a débuté en Italie avec Altre stelle uruguayane (Autres Etoiles uruguayennes), roman révélation 2013 (Prix Parole nel vento 2012 et Prix Selezione Bancarella Sport 2014).

En 2014, il a publié Pezzi da 90 (Fragments de 90) dont est tirée la nouvelle publiée ici. Les dix-neuf courts récits qui composent le recueil ont d’abord paru dans le Giornale del Popolo de Lugano. Chacun d’eux est consacré à l’un des championnats du monde qui se sont déroulés entre 1930 en Uruguay et 2010 en Afrique du Sud. Stefano Marelli mêle fiction et personnages réels, comme ici le quasi mythique journaliste italien Giovanni Brera.

Fichier attachéTaille
marelli.pdf74.45 Ko

01.07.2014
Jens Steiner - Pause et cetera

Fils d’un père suisse et d’une mère danoise, Jens Steiner est né à Zurich en 1975. Il a étudié la littérature germanique, la philosophie et la littérature comparée à Zurich et à Genève. Il se consacre désormais entièrement à l’écriture.

Lauréat du Prix du livre suisse en 2013, Carambole est son deuxième roman. Chacun des douze tableaux qui le composent suit successivement un ou plusieurs personnages qui, ensuite, passe en arrière-plan, ou disparaît, ou que le lecteur devine hors champ… enfin, peut-être, tant les indices semés par l’auteur doivent être décryptés avec attention. Ces petites histoires forment un kaléidoscope qui fait apparaître un tableau peint par touches, dans lequel la léthargie qui s’est emparée de nombreux habitants du village masque mal les frustrations de personnages parvenus au point de rupture.

Carambole paraîtra en français à l’automne 2014 aux Editions Piranha, dans une traduction de François Mathieu. Nouvelles venues dans le monde éditorial français, elles ont pour but de faire découvrir aux lecteurs francophones des auteurs étrangers reconnus dans leur pays pour la qualité littéraire de leur texte ou la rigueur scientifique de leur recherche. Avec un rythme de 25 titres par an, de nombreux domaines seront explorés, comme la littérature contemporaine, l’histoire, les biographies, le polar, la science-fiction et la fiction populaire (www.piranha.fr).

photo: Marc Wetli

Fichier attachéTaille
steiner.pdf69.5 Ko

02.06.2014
Jolanda Piniel - L'exilée

Jolanda Piniel est née en 1969 à Winterthur. Après des études d’ethnologie et de langue et littératures espagnoles, elle travaille notamment à la radio suisse-allemande DRS comme réalisatrice, et à différents projets de recherche à l’Université de Zurich, où elle est aujourd’hui engagée. En hiver 2008, elle obtient de la Fondation Landis & Gyr une bourse de séjour à Bucarest. En 2011, le Canton de Zurich lui attribue une bourse de travail.

Die Verbannte (L’Exilée), dont nous publions ici les deux premiers chapitres, est son premier roman. Que faisaient ses grands-parents dans la Roumanie fasciste de l’époque? Pourquoi sa mère a-t-elle été envoyée toute seule en Suisse alors qu’elle n’avait que quatre ans? Dans la famille de Debora, ces questions n’ont jamais reçu de réponse. Après la mort de sa grand-mère, la jeune femme décide donc de se rendre elle-même à Bucarest, en emportant les mémoires de son grand-père allemand dans ses bagages. Avec obstination, elle enquête pour remplir les lacunes de l’histoire familiale. Elle cherche et trouve la maison qu’habitaient ses grands-parents, et invite sa mère à revenir dans l’appartement de son enfance, soixante ans après l’avoir quitté.

photo: Ayse Yavas

Fichier attachéTaille
piniel.pdf66.49 Ko

19.05.2014
Jean-François Duval - Yémen

Né en 1947 à Genève, Jean-François Duval y suit des études de lettres à l’université – et notamment les cours de Jean Starobinski, Jean Rousset,  Roger Dragonetti et Roland Barthes – avant de devenir journaliste. Il voyage beaucoup et publie dès 1977 des grands reportages et des entretiens avec Cioran, Robert Pinget, Juan Rulfo, Charles Bukowski, Kurt Vonnegut, Ray Bradbury, William Styron, Naguib Mahfouz ou encore Allen Ginsberg. Il collabore à l’hebdomadaire Construire, mais aussi au Monde, à Libération, au Magazine littéraire, à la revue Autrement et à Philosophie Magazine.

Ses œuvres littéraires mêlent fiction romanesque, écriture de voyage, récit intimiste, interrogation amoureuse et philosophique. Jean-François Duval est également critique littéraire et essayiste, spécialiste de la Beat Generation. Ses essais Kerouac et la Beat Generation: une enquête ainsi que Buk et les Beats, suivi d'un entretien inédit avec Charles Bukowski, ont été traduits dans plusieurs pays.
 
Le texte que nous publions ici est extrait d’un travail en cours d’écriture.

photo: Yvonne Böhler

Fichier attachéTaille
duval.pdf64.08 Ko

05.05.2014
Urs Widmer - Voyage aux marges de l’univers

Urs Widmer est né en 1938 à Bâle. Fils du traducteur et critique littéraire Walter Widmer, il fréquente très tôt le monde des livres. Après des études de littérature et d’histoire, une thèse de doctorat et diverses fonctions au sein de maisons d’édition, il publie son premier roman, Alois, en 1968, débutant ainsi une prolifique carrière d’auteur de romans, nouvelles, pièces de théâtre et essais.


Dans ses fictions, Urs Widmer s’emploie à aborder des sujets sociaux liés à l’actualité. Ses textes sont souvent d’un humour grinçant.


Particulièrement remarquée, sa trilogie familiale «pseudo-autobiographique» offre trois perspectives sur des vies partagées. On trouve ainsi successivement au centre la figure de la mère malheureuse et infidèle, du père admiré, et de l’enfant. L’Homme que ma mère a aimé (Gallimard, 2001) et Le Livre de mon père (Gallimard, 2006) ont été traduits en français par Bernard Lortholary, tandis qu’Ein Leben als Zwerg (2006) est encore inédit en français.

L’autobiographie Voyage aux marges de l’univers, dont est tiré l’extrait que nous vous proposons ici, offre un contrepoint à ces récits fictionalisés en restituant les trente premières années du futur écrivain, de la naissance au premier livre.


Urs Widmer s’est éteint le 2 avril 2014 à la suite d’une longue maladie. Son œuvre a reçu de nombreux prix, parmi lesquels le Prix suisse de littérature 2014 pour cette autobiographie.
  CLR

photo: Regine Mosimann / Diogenes Verlag

Fichier attachéTaille
widmer.pdf77.46 Ko

22.04.2014
Anne-Sophie Subilia - Estrada Atlântica

Née à Lausanne en 1982, Anne-Sophie Subilia a étudié la littérature française et l’histoire à l’université de Genève. Titulaire d’un diplôme d’enseignante de français langue étrangère, elle a vécu à Berlin et Strasbourg avant de s’expatrier à Montréal. Entre 2009 et 2011, elle y obtient un diplôme en gestion d’organismes culturels et sera responsable adjointe d’un festival de films dédié à des enjeux socio-économiques. En devenant membre de La Traversée, «Atelier québécois de géopoétique», elle approfondit par ailleurs son intérêt pour le nomadisme, le voyage et l’écriture du lieu.


De retour en Suisse, elle publie son premier roman, porté par «un style vif, sensible et direct» (Le Courrier du 11 janvier 2014): dans Jours d’agrumes, une jeune femme quitte son pays et ses études de médecine pour s’installer à Montréal; le travail qu’elle effectue sur un marché aux légumes prend bientôt valeur de trajet initiatique.


Anne-Sophie Subilia est actuellement étudiante en master de Contemporary Arts Practice au sein de la Haute école des arts de Berne, et membre de l’AJAR (Association de jeunes auteurs romands), avec laquelle elle réalise de nombreux projets d’écriture, publications collectives, lectures et performances.


Le diptyque que nous publions ici, souvenirs d’un voyage au Portugal, est extrait d’un travail en cours d’écriture, long poème composé de plusieurs proses.

Voir www.jeunesauteurs.ch

Fichier attachéTaille
subilia.pdf80.92 Ko

07.04.2014
Leo Tuor - Berlinka

Leo Tuor est né en 1959 à Ilanz, dans le canton des Grisons, et vit actuellement à Val/Surrein. Il a étudié la philosophie, l’histoire et la littérature à Zurich, Fribourg et Berlin. Pendant plusieurs années, il a passé ses étés comme berger sur la plaine de Greina et ses automnes comme chasseur sur les pentes de Carpet. Ecrivain, traducteur et éditeur, il a aussi travaillé pour la Radio Télévision Romanche. Son œuvre en rhéto-roman (sursilvan) comprend des récits, des essais, des chroniques et des nouvelles, ainsi que des contributions à des journaux, revues ou anthologies. Il est l’auteur de la trilogie sursilvane Giacumbert Nau, Onna Maria Tumera et Settembrini, dont le premier volume a été traduit en français par Nicolas Quint et le second par Walter Rosselli – celui-ci paraît ce mois sous le titre Onna Maria Tumera ou les ancêtres. Leo Tuor a reçu, entre autres, le Prix Schiller et le Prix littéraire des Grisons.


Le texte que nous publions ici a été écrit pour le 8e numéro de la revue Viceversa littérature, à paraître fin avril, qui consacre notamment un dossier spécial à Berlin. On s’y promène sur les traces des auteurs suisses qui y vivent ou y ont vécu, de Matthias Zchokke à Stefanie Sourlier en passant par Silvio Huonder, Thomas Hürlimann ou encore Robert Walser, et au fil de nombreux inédits.

Fichier attachéTaille
tuor.pdf79.96 Ko

24.03.2014
Silvia Härri - Agrippés à la vie

Née en 1975 à Genève d’un père suisse et d’une mère italienne, Silvia Härri est licenciée en lettres et enseigne l’italien et l’histoire de l’art au collège. Elle est auteure de poèmes, de proses poétiques et de nouvelles écrites en français ou en italien.


Son dernier recueil poétique, Mention fragile, a reçu le Prix des écrivains genevois sur manuscrit en 2012. Il «sonde l’effritement, la disparition, la perte et la nostalgie à partir d’un événement aussi banal que prosaïque: un déménagement», écrivions-nous (Le Courrier du 22 février 2014). Entre inventaire et questionnement existentiel, déconcertante douceur et violence des images, Silvia Härri y fait l’état des lieux, littéral et symbolique, d’une vie prise à son point de basculement.


Les textes que nous présentons ici sont issus d'un travail en cours dans lequel l’auteure aborde, par touches successives et sous différentes lumières, le thème de la maternité dans un langage qui sonde la frontière entre fragment, récit et journal, prose et poésie.
 

Fichier attachéTaille
harri.pdf55.08 Ko

10.03.2014
Fabiano Alborghetti - Bois, Colombes

Fabiano Alborghetti est né à Milan en 1970 et vit au Tessin depuis dix ans; il travaille en tant que critique littéraire et éditeur pour différentes revues de poésie (notamment Atelier) et pour le web. Il pratique une poésie à forte teneur sociale, portée par un sens du rythme et de la scansion extrêmement sophistiqué. Pour son deuxième recueil de poèmes, L’opposta riva, il a vécu pendant plusieurs mois avec des immigrants clandestins en Italie. Registre des faibles, 43 chants (traduit en français en 2012) est inspiré d’un fait divers – une mère tue son enfant dans un village d’une province cotonneuse – et composé dans un style qui mélange les expressions courantes, voire triviales, et le plus grand raffinement formel, au service d’une dénonciation sans pitié mais sans moralisme des dérives du consumérisme contemporain.


Nous publions ici six des sept poèmes de Bois, Colombes, écrits pour accompagner l’exposition de Flavia Zanetti à la Libreria Librarti de Locarno en septembre 2013 (lire l’intégralité sur www.chlitterature.ch). Les œuvres exposées consistaient en un collage d’images tirées de faits divers, appliquées sur des rebuts de bois provenant de la coupe de troncs et de branches trouvés dans des forêts du Tessin. Les textes font alterner la voix de ces bois et celle des images, qui s’unissent dans le dernier poème.

Fichier attachéTaille
alborghetti.pdf66.3 Ko

24.02.2014
Pedro Lenz - Faut quitter Schummertal!

Né en 1965 à Langenthal (canton de Berne), Pedro Lenz vit à Olten. Il a d’abord fait un apprentissage de maçon avant de passer sa maturité. Depuis 2001, il vit de son activité d’écrivain, poète et chroniqueur pour divers journaux. Habitué des performances scéniques, il est membre du groupe de poètes spoken words Bern ist überall et auteur de textes pour des compagnies de théâtre et la radio alémanique. Son best seller Der Goalie bin ig, qui paraît en mars sous le titre Faut quitter Schummertal!, raconte l’histoire d’un ex-junkie qui essaie de reprendre pied dans sa petite ville de Schummertal à sa sortie de prison. Mais les vieilles histoires le rattrapent... Ce premier livre de Pedro Lenz traduit en français (pour la bibliographie complète, voir www.pedrolenz.ch) est écrit en dialecte suisse allemand, langue du quotidien, et les traducteurs ont privilégié l’immédiateté orale. Der Goalie bin ig a déjà été traduit en allemand, en anglais et en italien. Adapté au cinéma par Sabine Boss, il part favori dans la course au Prix du cinéma suisse, décerné le 21 mars prochain, avec sept nominations.

Fichier attachéTaille
lenz.pdf66.26 Ko

10.02.2014
Henriette Vásárhelyi - immeer

Née en 1977 à Berlin, Henriette Vásárhelyi a grandi dans le Mecklembourg, dans le climat répressif de l’ancienne RDA. Après un apprentissage dans l’informatique, elle obtient un diplôme à l’Institut littéraire allemand de Leipzig et est actuellement étudiante en master de Contemporary Arts Practice à la Haute école des arts de Berne. Depuis 2006, elle publie des nouvelles dans des revues et anthologies. En 2007, elle consacre la pièce radiophonique Während du gehst à un ami mort d’un cancer. Pour le manuscrit de son premier roman immeer, dont nous publions ici le début, elle obtient le Prix Studer/Ganz 2012, et l’œuvre est nominée pour le Schweizer Buchpreis 2013. Il s’agit d’un chant d’Orphée moderne et saisissant. Lors de vacances sur l’île d’Elbe avec son ami Monn, Eva, la narratrice pense à son ami d’avant, Jan, décédé d’une tumeur au cerveau. Depuis, elle flotte entre lucidité et folie. Réalité et rêve, présent et passé s’entremêlent dans sa vie, en écho au texte que rythme une succession de citations, dialogues, récits et réflexions.
 

Fichier attachéTaille
vasarhelyi.pdf60.11 Ko

27.01.2014
Michaël Perruchoud - La Guérite

Né en 1974 à Genève, Michaël Perruchoud est romancier, chansonnier, cofondateur du site littéraire www.cousumouche.com, qui publie en libre accès depuis 2002 des nouvelles, feuilletons, chroniques, pièces de théâtre et BD (Perruchoud signe notamment les scénarios de Bébert au bistro, strips de son ami québécois Sébastien G. Couture). Le site s’est associé avec l’éditeur fribourgeois Faim de siècle et publie à l’enseigne Faim de siècle/Cousu Mouche de nombreux auteurs de Suisse romande.
En tant qu’auteur, Michaël Perruchoud est actif dans les genres du roman, du théâtre et de la chanson. Il chante ainsi au sein du Duo d’eXtrêmes Suisses, dont les textes satiriques dénoncent avec humour la xénophobie, la haine raciale et le dénigrement des plus défavorisés. Il est également le chanteur du groupe Ostap Bender, dont il signe les textes et la plupart des musiques – le deuxième album du groupe sortira ce printemps.
«Si ses romans surprennent par leur diversité – de ton, d’univers –, tous sont marqués par une plume libre et gourmande, tantôt lyrique tantôt caustique, où l’humour alterne avec de belles envolées poétiques», écrivions-nous sur Culturactif.ch.
Nous publions ici le début de La Guérite, nouveau roman à paraître fin 2014. D’ici là, Michaël Perruchoud publiera ce printemps un premier recueil de poèmes chez L’Age d’Homme, Monde décomposé refuse qu’on dépoussière.
 

Fichier attachéTaille
perruchoud.pdf61.6 Ko

13.01.2014
Valérie Poirier - Photographies

Née à Rouen en 1961, Valérie Poirier réside à Genève, après avoir passé une partie de son enfance et son adolescence à La Chaux-de-Fonds. Cette période est au cœur d’Ivre avec les escargots, réjouissant recueil de nouvelles à connotation autobiographique, qui est également son premier ouvrage de prose. Comédienne de formation, Valérie Poirier est auteure dramatique et a signé une dizaine de pièces, dont plusieurs ont été montées à Genève. Les Bouches, Prix de la Société des Auteurs en 2004, revisite également les lieux de l’enfance – elle a été produite au Théâtre du Grütli en 2006 et est parue chez Bernard Campiche dans la collection «Enjeux».


En 2006, Valérie Poirier est lauréate de «Textes en scènes» et écrit Loin du bal, tragi-comédie sur les ratés du grand âge, qui sera créée au Théâtre de Poche en 2009. En 2007, elle écrit une nouvelle version de Quand la vie bégaie, sa première pièce, qui évoque les espoirs et désillusions de deux artistes de cabarets vieillissants (jouée en mars 2008 au Théâtre du Galpon à Genève).


Elle a également signé Pièces détachées, spectacle pour comédiens et mannequins qu’elle met en scène en 2012 aux Marionnettes de Genève, et John W, joué dans les classes du cycle et du Collège dès ce lundi.
 

Fichier attachéTaille
poirier.pdf98.79 Ko

02.12.2013
Odile Cornuz - Dans sa tête

Née en 1979 dans le canton de Vaud, Odile Cornuz a vécu à La Chaux-de- Fonds et à Neuchâtel, où elle termine aujourd’hui une thèse en littérature française. Lauréate en 1998 du Prix Jeunes Auteurs, elle écrit d’abord du théâtre et de courts monologues pour la radio, dont beaucoup ont été mis en ondes par Jean-Michel Meyer sur la Radio suisse romande. C’est en 2002 qu’elle signe sa première pièce, Saturnale, mise en scène par Anne Bisang à la Comédie de Genève l’année suivante. Elle bénéficie de résidences d’auteur, notamment à la Comédie et au Royal Court de Londres et plusieurs de ses pièces ont été mises en scène, dont L’Espace d’une nuit, par Robert Sandoz.


En 2011, Odile Cornuz écrit le livret Morceau de nuit pour une musique de François Cattin, et elle crée en 2013, avec le musicien Maurizio Peretti, Biseaux reloaded, une aventure poétique et sonore à partir de son livre Biseaux.


Lauréat de la Bourse Anton Jaeger 2010, ce dernier est un récit intime fragmenté, fait de réflexions poétiques, de rêves et de bribes de conversations. Terminus, recueil qui donne voix à des personnages saisis dans des moments suspendus de leur vie, est réédité ce mois en version augmentée.


Le texte que nous publions ici a été choisi pour les 7e Rencontres de Bienne, qui ont lieu en janvier prochain, et fera l’objet de traductions croisées à cette occasion.

Site de l’auteure: www.odilecornuz.ch

Fichier attachéTaille
cornuz.pdf113.92 Ko

18.11.2013
Nicolas Couchepin - L'impuissance

Né en 1960 à Lausanne, Nicolas Couchepin a passé son enfance en Valais et réside aujourd’hui à Cormérod, dans le canton de Fribourg. Après avoir interrompu ses études universitaires (les Lettres à Lausanne) pour entrer à l’Ecole d’études sociales et pédagogiques de Lausanne, il travaille une dizaine d’années comme éducateur et étudie la politique sociale à Genève. Aujourd’hui, il est traducteur de l’allemand et anime des ateliers d’écriture. Auteur de nouvelles, romans et pièces de théâtre, il a été jusqu’en 2011 secrétaire de l’antenne romande de l’Association suisse des autrices et auteurs.  

Son dernier roman, le polyphonique Les Mensch, évoque une famille apparemment banale qui se réfugie dans la cave de sa maison... (lire notre critique dans ­­­­­­­­­­Le Courrier du 9 février 2013).

Nicolas Couchepin a beaucoup voyagé, notamment en Afrique et en Asie. Le texte que nous publions ici est extrait d’un carnet de voyage rédigé lors d’un périple au Mali il y a quelques années.
APD

Fichier attachéTaille
couchepin.pdf66.1 Ko

04.11.2013
Silvia Ricci Lempen - Le film

Née en 1951 à Rome de parents italiens, élevée dans la culture française et Suissesse d’adoption, Silvia Ricci Lempen navigue entre plusieurs langues et plusieurs appartenances. Romancière, journaliste, docteure en philosophie, elle est aussi auteure d’essais et féministe engagée – elle a notamment signé Tu vois le genre? Débats féministes contemporains en collaboration avec Martine Chaponnière (Ed. d’en bas, 2012). Après avoir été rédactrice en chef de Femmes Suisses, elle a été journaliste culturelle au Journal de Genève et Gazette de Lausanne et au Temps.

Son premier roman, Un Homme tragique, autour de la figure de son père, a été couronné par le prestigieux Prix Michel Dentan. Depuis, Silvia Ricci Lempen poursuit une œuvre qui s’éloigne de l’autobiographie pour explorer les chemins de romans à la structure ambitieuse, portés par une langue évocatrice qui suit les oscillations intérieures de ses personnages.

En 2012, elle publie son premier roman directement écrit en italien, Cara Clarissa,. Ecrit-on autrement en différentes langues? Comment se traduire soi-même? Ces questions sont aujourd’hui au cœur de son écriture.

Le texte que nous proposons ici est extrait d’un roman en cours de travail, composé de cinq parties qui racontent des histoires se déroulant dans des lieux et des époques différentes, avec des personnages francophones et italophones.

www.silviariccilempen.ch

Fichier attachéTaille
riccilempen.pdf104.48 Ko

21.10.2013
Leopoldo Lonati - Les mots que je sais

Né en 1960, Leopoldo Lonati vit à Lugano.
Poète rare, théologien de formation et enseignant, il est l’auteur de plusieurs recueils dont le très dense Le Parole che so, dont nous publions ici un extrait inédit en français – la traduction française paraîtra fin 2013 dans la collection bilingue des Editions d’en bas sous le titre Les Mots que je sais.

Avec une extrême économie de moyens, ses vers drus et puissant traversent ici les territoires de l’agonie – celle du père et celle du Christ – et de la mystique négative d’un Saint Jean de la Croix. Par un geste d’espérance ultime, ils dégagent à la fin du recueil l’intuition d’une lumière: «Tout juste le temps / De dépister la mort / Un recoin / Qui ne me serre pas le cœur comme de l’asthme / Ou un rat et qu’il me laisse au moins un trait / De lumière comme une porte qui ferme / mal.»



 

Fichier attachéTaille
lonati.pdf69.12 Ko

07.10.2013
Hélène Richard-Favre -

Née en 1953 à Pully, Hélène Richard-Favre vit à Genève où elle a effectué toute sa scolarité. Elle y a étudié les littératures russe, allemande et française à l’université, avant de se spécialiser en linguistique. Tout en menant des travaux en épistémologie et histoire de la linguistique, elle a enseigné le français à la Faculté de sciences politiques de l’université de Turin puis au post-obligatoire à Genève. Depuis 2004, elle se consacre entièrement à l’écriture et tient un blog sur le site de la Tribune de Genève (http://voix.blog.tdg.ch).


Elle est membre du jury du Prix des Charmettes depuis 2012.


Hélène Richard-Favre est l’auteure de plusieurs recueils de nouvelles (voir biblio sélective ci-contre) qui déroulent des vies minuscules, des «histoires d’espoirs et de paranoïas qui tiennent en quelques lignes et tirent leur force de cette économie de moyens, de leur précision tendue et de la tonalité particulière des voix qui les portent».www.lecourrier.ch/perles_minimalistes  


Tous ont été publiés en Italie, en Russie et en Géorgie avant de l’avoir été en Suisse! C’est aussi le cas de Nouvelles de nulle part, paru cette année à Moscou. L’auteure a été invitée à le présenter à Saint-Pétersbourg puis dans la capitale russe en mars dernier, dans le cadre du programme d’échanges culturels «Swiss Made in Russia. Contemporary Cultural Exchanges 2013–2015» de Pro Helvetia.


Le texte que nous publions ici est extrait de ce recueil, qui sortira aux Editions d’En bas en version bilingue français-anglais en novembre prochain.

Fichier attachéTaille
richard-favre.pdf113.43 Ko

23.09.2013
Alexandre Voisard - Oiseau de hasard

Né en 1930 à Porrentruy (JU), poète majeur et prosateur, Alexandre Voisard est l’auteur d’une œuvre abondante qui puise sa source dans sa terre d’origine (derniers titres parus ci-contre). Après une enfance tumultueuse et une jeunesse bohème à Genève, il regagne le Jura où il publie ses premiers recueils et tient une librairie. 

Membre du Rassemblement jurassien depuis 1947, il s’engage activement pour l’indépendance du Jura. En 1967, il publie Liberté à l’aube, recueil de résistance où la lutte pour un Jura libre s’exprime avec un lyrisme puissant. A l’instigation de Maurice Chappaz et de l’éditeur Bertil Galland, il lira l’«Ode au pays qui ne veut pas mourir» lors de la Fête du peuple de Delémont, poème repris en chœur par la foule.


Alexandre Voisard se lancera ensuite dans une carrière politique en tant que délégué aux Affaires culturelles du nouveau canton et député socialiste. Il sera également membre du conseil de fondation de Pro Helvetia. Il réside aujourd’hui en France voisine, où il se consacre entièrement à l’écriture.


Nous publions ici le début de son prochain livre: un récit sur la vie de son grand-père inconnu, fiction tissée à partir de quelques repères, rumeurs et minces indices. Oiseau de hasard, sous-titré Les trois vies de Jacques Louis dit Louis, paraîtra en octobre aux Editions Bernard Campiche.

Lire notre portrait dans Le Courrier du 22 décembre 2012.

Fichier attachéTaille
voisard.pdf67.39 Ko

09.09.2013
Jean-Pierre Amée - Jour des fleurs

Né à Dakar en 1953, de nationalité suisse, canadienne et française, Jacques-Pierre Amée vit aujourd’hui dans les montagnes jurassiennes. Il est peintre, plasticien, poète et romancier. «Lorsque j’eus accès, à l’adolescence, aux écrits taoïstes et à la connaissance chinoise, puis amérindienne, de ce monde, celui-ci à mes yeux reprit couleur: le fait de ne pas se situer à l’extérieur de la nature, de considérer la roche, l’arbre, la fleur, comme des êtres animés, de prendre part à leur mouvement (même inapparent)... cela m’a ouvert un itinéraire où aujourd’hui l’écriture et la peinture peuvent se construire l’une l’autre», écrit-il sur son site jpamee.webs.com.


Son premier recueil de poèmes, Hébuternes (1975), l’introduit à un monde artistique encore imprégné de l’esprit de 1968 – il rencontre notamment Robert Filliou. En 1980, il fonde dans les Alpes de Haute-Provence la revue Le grand Erg, à laquelle a collaboré Charles Juliet; en 1989 il préside le Conseil de la peinture du Québec.
Auteur de plusieurs ouvrages de poésie en collaboration avec des artistes, il publie son premier roman, Le Butor étoilé www.lecourrier.ch/un_monde_a_part en 2009.


L’extrait que nous proposons ici est le début du deuxième chapitre de Comme homme, roman en cours d’écriture où l’on retrouve les personnages du Butor étoilé.
 

Fichier attachéTaille
amee.pdf89.21 Ko

17.06.2013
Aude Seigne - Quatre exercices sur la liberté

Née en 1985 à Genève, Aude Seigne y a suivi des études de Lettres, pendant lesquelles elle a beaucoup voyagé – notamment en Australie, au Canada, en Scandinavie, en Russie, en Europe de l’Est, au Burkina Faso ou en Inde. Elle tient en parallèle un carnet de notes, et décide à la suite d’un séjour en Syrie de raconter ses périples sous la forme de chroniques poétiques. Ses Chroniques de l’Occident nomade paraissent en 2011 aux Editions Paulette, et reçoivent le Prix Nicolas Bouvier au Festival Etonnants voyageurs de Saint-Malo. La même année, le livre est réédité par Zoé. Il restitue a posteriori les impressions de ses voyages autour du globe, collectées par l’auteure depuis ses 15 ans. «Le charme de ces courts récits, nourris par de multiples questionnements, tient autant à l’indépendance d’esprit qu’à la liberté de mouvements dont fait preuve cette jeune voyageuse du XXIe siècle», écrit Brigitte Steudler sur viceversalitterature.ch.
Le texte inédit que nous publions ici est extrait du «journal de travail» d’Aude Seigne, qui a regroupé pour Le Courrier quatre textes qui s’interrogent sur la liberté.

www.audeseigne.com

Fichier attachéTaille
seigne.pdf73.13 Ko

16.06.2013
Jean-Jacques Bonvin - Bouvard et Pécuchet vont en auto

Né en Suisse en 1951, Jean-Jacques Bonvin a grandi à Romont, en Valais et en Bretagne, a beaucoup voyagé et a vécu aux Etats-Unis – cadre de ses deux derniers romans. Sociologue de formation, il travaille à l’université de Genève. En 1983, il crée le Festival de poésie sonore de Genève, aujourd’hui Roaratorio. Il est le fondateur de plusieurs revues littéraires: Cavaliers seuls et jocal, entre 1984 et 1999, et la revue en ligne coaltar.net en 2008, qui vient de publier son dernier numéro.

Après un premier roman, La Résistance des matériaux, dont l’écho a été mis à mal par la faillite de l’éditeur et du distributeur, il signe Ballast, qui plonge dans la vie de Neal Cassady. Figure méconnue de la Beat Generation, poète sans œuvre terrassé par la drogue et l’alcool à l’âge de 42 ans, Cassady inspira William Burroughs, Jack Kerouac et Allen Ginsberg.


Dans Larsen – c’est le nom de l’ami du narrateur, exilé en Californie et chez qui il passe ses vacances d’été –, le temps s’étire dans une lenteur hypnotique, rythmé par des personnages incroyables, les moments de désœuvrement, l’alcool, les lectures. «Même brièveté du récit, même écriture rythmée et elliptique, même liberté travaillée et fascination identique pour les Etats-Unis, les espaces vastes et dévastés, reflets des angoisses et des dérives des protagonistes», écrivions-nous dans Le Courrier du 23 février 2013 au sujet de ces deux récits denses et poétiques.

Le texte que nous publions ici a été écrit spécialement pour Le Courrier.

Fichier attachéTaille
bonvin.pdf62.44 Ko

03.06.2013
Marina Salzmann - Rank

Marina Salzmann est née en 1960 à Vevey et a grandi dans le canton de Vaud puis au Tessin; après avoir beaucoup voyagé, elle s’est installée à Genève où elle a fait des études de lettres et enseigne actuellement le français.

Son recueil de nouvelles Entre deux (Bourse Anton Jaeger 2012) est son premier livre publié. Mais Marina Salzmann pratique l’écriture de fiction et poétique depuis des années, notamment dans le domaine de la performance, collaborant avec des musiciens, artistes et poètes sonores. En 2008, elle a cofondé la revue littéraire en ligne Coaltar.net.

Entre deux se déploie «dans la perméabilité entre le rêve et la réalité, dans l’instant suspendu, éphémère, empreint de sensations, couleurs et sons, et qu’il s’agit de capturer», écrivions-nous dans notre critique (Le Courrier du 15 décembre 2012). Les dix-neuf textes du recueil «déroulent un univers tissé d’imaginaire, qui dessine un monde tout sauf normé: l'inattendu s’infiltre dans le quotidien, l’ancrage au réel dévie et l’on se retrouve soudain ailleurs, baigné dans l’étrangeté familière du rêve, dans sa vaste liberté».


Le texte que nous publions ici fait partie d'une série de nouvelles en cours d'écriture sur le thème du travail.
 

Fichier attachéTaille
salzmann.pdf63.96 Ko

21.05.2013
Thomas Meyer - Le merveilleux voyage...

Thomas Meyer est né en 1974 à Zurich, dans une famille juive libérale. Après avoir interrompu ses études de droit et tourné le dos à une carrière d’officier dans l’armée suisse, il travaille comme rédacteur publicitaire pour plusieurs agences, tout en écrivant des articles pour diverses rédactions. Ses chroniques (www.herrmeyer.ch) lui apportent une première notoriété en tant qu’écrivain et, depuis 2007, il travaille comme publicitaire et auteur indépendant.


Son premier roman, dont nous publions ici un extrait, a été nommé pour le Schweizer Buchpreis 2012. Il mêle adroitement allemand standard, expressions en yiddish et inventions langagières. Motti Wolkenbruch vit encore à la maison, avec sa mère qui désespère de lui trouver une femme. Issu d’un milieu juif orthodoxe pratiquant, il est peu enthousiasmé par toutes les épouses potentielles qu’elle lui présente. Tombant amoureux d’une étudiante goïe et sexy, il se lance dans un long voyage qui le mènera à questionner son milieu et à s’ouvrir à une vision plus séculaire du judaïsme.

Fichier attachéTaille
meyer.pdf65.94 Ko

06.05.2013
Ugo Petrini - Cinq poèmes

Ugo Petrini, né en 1950 à Montagnola au Tessin, a étudié la littérature italienne à l’Université de Fribourg. Ses débuts de poète ont été marqués par la publication d’Ellissi en 1987 (voir biblio sélective ci-contre), suivie d’un nombre conséquent de recueils et de plaquettes, parmi lesquels Bertesche et Tra il visibile e il dicibile. Ugo Petrini vit et travaille comme enseignant d’italien au Tessin.

L’importance de son dernier livre, Le Gazzelle di Thomson, mérite d’être soulignée. Loin (très loin) des projecteurs, Petrini poursuit une expérience profonde depuis des décennies, à travers une écriture d’une délicatesse et d’une élégance rares, bien ancrée dans la tradition poétique italienne. Comme l’affirme Alessandro Martini dans sa riche postface, les poésies choisies pour le recueil sont, à l’instar des gazelles du titre, «des alarmes émises par un individu particulièrement sensible, à l’intérieur d’une foule qui se prétend humaine en vertu de son appartenance au règne animal, par le fait qu’elle est dotée d’une âme» (biographie tirée de la revue «Viceversa littérature 7», à paraître la semaine prochaine, ndlr).
 

Fichier attachéTaille
petrini.pdf75.74 Ko

22.04.2013
Roland Buti - Le Milieu de l'horizon

Né à Lausanne en 1964, Roland Buti suit des études de lettres et d’histoire. Sa thèse de doctorat, Le refus de la modernité. La Ligue vaudoise: une extrême droite et la Suisse (1919-1945), est parue aux Editions Payot en 1996.


Il est aujourd’hui enseignant d’histoire au gymnase.

Après un recueil de nouvelles, Roland Buti publie Un Nuage sur l’œil, premier roman remarqué et retenu dans la sélection Lettres frontière. Son recueil de nouvelles L’Amour émietté figurait quant à lui dans la sélection pour le Prix des auditeurs de la Radio suisse romande.  

Nous publions ici un extrait de son troisième roman encore inédit, Le Milieu de l’horizon. Dans ce récit ample, sensuel et généreux, Gus, enfant de paysans, voit son univers familier et rassurant se fissurer lors de l’été 1976. Alors que ses parents s’éloignent, le garçon doit prendre en main l’exploitation, guider les camions-citernes de l’armée vers les champs desséchés par la canicule, traire les vaches oubliées. Il découvrira le secret de sa mère...
 

Fichier attachéTaille
buti.pdf68.85 Ko

08.04.2013
Ursula Fricker - Hors de soi

Ursula Fricker, née à Schaffhouse en 1965, vit et travaille comme auteur indépendant dans le Brandebourg.
Passionnée de théâtre, elle commence une carrière d’actrice (théâtre 1230) à Berne, avant de partir pour Berlin. Veilleuse de nuit dans un foyer pour adultes handicapés mentaux entre 1993 et 2003, elle écrit pour différents journaux allemands et suisses (Süddeutsche, Argauer Zeitung), et reçoit diverses bourses littéraires des deux pays. Son premier roman, Fliehende Wasser, obtient le Prix Schiller.

Son dernier roman Außer sich, dont nous publions ici des extraits, a été nommé pour le Schweizer Buchpreis 2012. Il raconte l’histoire de Katja et de Sebastian, un couple d’architectes dont la vie bascule soudain, un week-end, sur l’autoroute, alors qu’ils se rendent chez des amis. Sebastian survit à une rupture d’anévrisme, mais il est désormais handicapé mental profond. Katja espère le ramener à la vie. Cet homme, pourtant, avec lequel elle vit, est-il encore Sebastian?
 

Fichier attachéTaille
fricker.pdf121.98 Ko

26.03.2013
Anja Siouda - Pierres sur la route du col

Anja Siouda est née à Zurich en 1968. Mère de deux enfants, elle a vécu à Lucerne avant d’accompagner son mari en Suisse romande. Après des études de langue et civilisation arabes, allemandes et de linguistique générale à l’université de Genève, elle écrit son premier roman, Steine auf dem Weg zum Pass, en 2007. La même année, elle débute de nouvelles études à l’Ecole d’interprétation et de traduction (ETI) de Genève, qu’elle achève en 2010 par un master en sciences de la traduction.


Aujourd’hui, Anja Siouda habite en France avec sa famille, et vient d’achever l’écriture d’une suite à Steine auf dem Weg zum Pass (Ein arabischer Sommer, à paraître en été 2013 aux Editions du Sud Amor Ben Hamida).


Ce premier roman, dont nous publions ici des extraits, raconte la rencontre improbable entre trois frères, petits paysans de montagne germanophones vivant loin du monde moderne, et une jeune Marocaine prénommée Halima qui, après des études de français et d’espagnol, a quitté son pays pour venir travailler en Suisse. L’univers étriqué, violent et inculte de la fratrie est chamboulé par la nouvelle venue, dont l’arrivée exacerbe les problèmes de communication larvés au sein de la famille. Mais les trois frères ne sont pas les seuls à avoir des secrets. Halima, bien plus que contrainte par la seule barrière linguistique, porte aussi les siens. Ces obstacles ne suffiront pas à empêcher la romance qui naît petit à petit dans ce coin reculé de Suisse, alors que les drames familiaux s’accumulent.
TWR

Fichier attachéTaille
siouda.pdf66.15 Ko

11.03.2013
David Jakubec - Publicidez!

C’est à l’âge de raison, en 1968, que David Jakubec écrit sa première pièce intitulée Tour de magie, dans laquelle il tient le rôle principal: Mille Boulles. Après des études de Lettres dans les universités de Neuchâtel et de Saint-Pétersbourg, il étudie la psychiatrie et la psychothérapie à Genève puis Stanford, en Californie. Il exerce aujourd’hui dans son propre cabinet en tant que psychiatre, psychothérapeute et psychanalyste de groupe, et travaille en tant que superviseur des Hôpitaux universitaires de Genève.


Ses pièces Partir et Quel bonheur! ont été mises en scène par Jaques Dutoit. David Jakubec est l’un des cofondateurs de la Compagnie du Dépoâtre, et il a lui-même mis en scène deux de ses pièces, Liquider et Publicidez! Nous publions ici un extrait de cette dernière, imaginée pour une seule voix et sous-titrée Variations sur le mythe de Sisyphe. Elle a été jouée en décembre 2012 à Genève par Martine Corbat, tandis que l’artiste Thomas Schunke a réalisé un court-métrage qui s’en inspire et qui sera projeté en première jeudi 14 mars prochain (19h30, Espace pour Evénements Ponctuels, Carouge,
rés: direction@compagniedudepoatre.ch).
 

Fichier attachéTaille
jakubec.pdf64.25 Ko

18.02.2013
Gilbert Pingeon - L'Année du Lapin

Né en 1941 à Neuchâtel, Gilbert Pingeon a travaillé comme enseignant et vit entre Auvernier (NE) et Delémont (JU).  Auteur de chansons, de pièce de théâtre pour la radio et pour la scène, et de romans, il a publié à ce jour une trentaine d’ouvrages.

Le texte que nous proposons ici est extrait de L’Année du Lapin, à paraître en avril 2013 aux Editions de L’Aire: en 2011, année du Lapin selon l’astrologie chinoise, l’auteur s’est imposé le devoir d’écrire chaque jour afin de «résister au présent» en le mettant à distance.

Fichier attachéTaille
pingeon.pdf61.72 Ko

04.02.2013
Michèle Minelli - Sans repos

Michèle Minelli, née en 1968 à Zurich, a grandi dans les cantons de Zurich, d’Argovie et de Schwyz. Après le lycée, elle a travaillé pour le cinéma et la télévision comme assistante et responsable de production, scénariste et réalisatrice.


Formatrice d’adultes et médiatrice, auteure d’ouvrages consacrés à divers sujets de société, elle publie son premier roman en 2009. Adeline, grün und blau («Adeline aux bleus») raconte dans une suite de très courts chapitres l’enfer d’une femme battue jusqu’à ce qu’elle se décide à quitter son mari.


Trois ans plus tard, Michèle Minelli publie son deuxième roman, Die Ruhelosen («Sans repos»), une saga familiale de 750 pages qui présente les ancêtres d’Aude, une ornithologue zurichoise, sur huit générations et 150 ans. Trois familles se croisent, dont les membres italiens, autrichiens ou hongrois, juifs ou chrétiens, riches ou pauvres, sont suivis à travers les heurs et malheurs de la vie. Un vaste tableau évoqué dans une langue fleurie, avec une incroyable richesse de détails et d’atmosphères. Nous en publions ici un extrait.
 

Fichier attachéTaille
minelli.pdf62.24 Ko

21.01.2013
Laurent Trousselle - Maux de la fin

Né à Paris à la fin des années 1960, Laurent Trousselle étudie les lettres modernes, la littérature comparée et la sociologie à la Sorbonne. La rédaction d’encyclopédies lui permet ensuite de devenir professionnel de l’écrit, après avoir été un temps ghostwriter. Il enchaînera avec la rédaction de guides de voyage et posera ses malles en Amérique du Sud, puis en Californie et au Japon, avant de finalement s’installer à Zurich il y a un peu moins de dix ans.
Dans Graine de Sabbat, paru en mai dernier, il prête sa plume à un narrateur tueur qui ne sait pas écrire, après avoir signé Marche, arrêt. Point mort, un «polar tordu» selon les termes de son éditeur. «Tant par le style que par les thématiques retenues, Laurent Trousselle construit une œuvre originale, intègre et intelligente. Ses textes mêlent à la fiction tout ce que l’œil occidental est habitué à lire sur divers supports – articles de presse, étiquettes, mails, courrier, forums Internet, etc. Son sens de l’intrigue et du coup de théâtre font le reste.»
Le texte que nous publions ici est extrait de la nouvelle «Maux de la fin», qui fait partie du recueil encore inédit Zurich by night.

https://sites.google.com/site/destextesareagir

Fichier attachéTaille
trousselle.pdf66.34 Ko

07.01.2013
Alphonse Layaz - Frontières

Alphonse Layaz est né dans la Broye fribourgeoise en 1940. Retraité, il vit actuellement à Bex dans le Chablais.
Très tôt, il mène de front plusieurs activités: journalisme, écriture, peinture. Il est trois fois lauréat du prix Paul Gilson octroyé par la Communauté radiophonique des programmes de langue française: en catégorie documentaire pour Carla Belotti, l’émigrée et Jean Tinguely, la sculpture dans tous ses ébats, et en catégorie dramatique pour Adolf Wölfli, le condamné de la Waldau. Il est l’auteur de nombreuses pièces radiophoniques et, en tant que peintre, a présenté plusieurs expositions personnelles en Suisse romande.

Nous publions ici quelques poèmes extraits du recueil Frontières, qui paraîtra au printemps 2013 aux Editions de L’Aire, en même temps que le récit Le Tableau noir.

Fichier attachéTaille
layaz.pdf56.98 Ko

17.12.2012
Heike Fiedler - Zeit (los) t

Née en 1963, Heike Fiedler a grandi à Düsseldorf en Allemagne, et vit à Genève où elle a suivi des études de Lettres. Elle travaille dans divers registres (poésie, prose, théâtre, performances, installations et mise en scène, voir biblio sélective ci-contre), explorant les domaines du texte, du son et de l’image dans une démarche qui contourne les genres et vise l’ouverture. Elle collabore aussi avec des musiciens, notamment Steve Buchanan, Marie Schwab et l’IMO, et participe régulièrement à des festivals et lectures. Avec Vincent Barras et Alain Berset, elle a fondé l’association de poésie sonore Roaratorio. En automne 2013 paraîtra Bildrisse aux Editions Spoken Script.   
Le texte que nous publions ici est extrait de in si de, roman en cours d’écriture autour de quatre figures de femmes qui ont marqué leur temps – Marina Tsvetaeva, Sophie Täuber Arp, Else Lasker Schüler et Aline Valangin. Heike Fiedler élabore ici un montage qui tisse hier et aujourd’hui, fiction et réalité, et s’interroge sur la langue – l’auteure écrivant en français, sa «langue étrangère».
Site de l’auteure: www.realtimepoem.com

Fichier attachéTaille
fiedler.pdf110.4 Ko

03.12.2012
Yari bernasconi - Deux longs poèmes

Yari Bernasconi, né en 1982 au Tessin, termine actuellement une thèse en littérature italienne sur la poésie de Giorgio Orelli à l’université de Fribourg. Il est responsable de l’édition italienne de Viceversa Littérature et critique littéraire. Avec à peine deux plaquettes publiées, Yari Bernasconi a déjà une voix nette et reconnaissable, choisissant son camp parmi les poètes de l’engagement, sur la ligne qui procède en Italie de Giovanni Pascoli aux voix fortes de la fin du XXe siècle: Pusterla, Anedda, Majorino, Fiori. Il privilégie une poésie nomade aux tonalités sombres, cherchant la force des hommes parmi les ruines de la civilisation. Son regard contemporain, son attention aux faibles et aux parias, sont doublés d’une robustesse lyrique qui semble vouloir racheter la souffrance humaine par l’écriture. «Un poème pour le tunnel des chemins de fer du Gothard» est tiré de Non è vero che saremo perdonati; «Tout au long de la Landstrasse» est inédit.
 

Fichier attachéTaille
bernasconi.pdf118.27 Ko

19.11.2012
Claire Genoux - Parole d'ange

Claire Genoux est née en 1971 à Lausanne. Après des études de Lettres, elle se consacre à l’écriture et à l’enseignement aux adultes, notamment à l’Institut littéraire suisse de Bienne. Elle est l’auteure de plusieurs livres de poèmes et de nouvelles, dont Saisons du corps (Prix Ramuz de poésie 1999), à propos duquel Marion Graf écrivait: «Si ce livre exorcise bien un paysage et une solitude caractéristiques d’une certaine tradition romande, Claire Genoux s’engage dans une voie bien à elle: un lyrisme du corps, une chatoyance des images, une mobilité des perceptions qui la portent vers une emphase et une démesure qu'il lui appartiendra de maîtriser toujours mieux» (Le Temps, 04.12. 1999). Le lien à la nature, à l’amour, un sentiment de mélancolie et d’étrangeté au monde, traversent son écriture sensuelle.

Le texte que nous publions ici est extrait de Léman noir, recueil collectif de nouvelles noires inédites qui paraîtra le 26 novembre aux Editions BSN Press: vingt auteurs de Suisse romande ont relevé le défi lancé par Marius Daniel Popescu d’ancrer la tradition littéraire du noir au cœur de la région lémanique. «Vingt manières de découper au scalpel les contradictions existentielles et sociales d’un lieu, d’une époque.»
 

Fichier attachéTaille
genoux.pdf54.39 Ko

29.10.2012
Olivier Scharpf -

Oliver Scharpf est né à Lugano en 1977. Lauréat du prix Montale en 1997 pour des poésies inédites, il publie en deux tranches, dès 2004, une série de poèmes brefs inspirés des haïkus japonais. En 2010, il prête son écriture à une relecture de vingt-huit mythes suisses. Actuellement il tient une rubrique intitulée «A due passi» dans l’hebdomadaire L’Azione.

Les fragments que nous publions ici sont extraits de La grande Veronica, paru en italien chez Mobydick. Selon la préface du recueil, la veronica est un «coup de tennis qui consiste en une volée haute de revers. (…). L’origine de la veronica dérive d’un pas base des toreador (…) qui naît à son tour du nom de la femme qui tend le voile à Jésus (…). Dans le tennis, la veronica est un coup d’exception, mais qu’on ne peut pas exécuter autrement; ce n’est donc pas une recherche du spectacle en soi, mais une sorte de nécessité spectaculaire (…). Partant, c’est aussi une métaphore d’un certain moment de sa propre vie.»
 

Fichier attachéTaille
scharpf.pdf54.41 Ko

15.10.2012
Leta Semadeni - Poesias da chadafö

Leta Semadeni est née en 1944 à Scuol, dans les Grisons. Elle a étudié les langues à l’université de Zurich, en Equateur et en Italie, et enseigné dans diverses écoles à Zurich et en Engadine. Parallèlement, elle a collaboré avec la radio et la télévision. Elle a participé à plusieurs revues et anthologies, publié deux livres pour enfants, des poèmes et des proses courtes en vallader (romanche de Basse-Engadine) et en allemand.
L’auteure se meut à travers les deux langues comme à travers deux paysages de mots distincts, écrivait Iso Camartin dans la NZZ d’août 2010.
Ses trois recueils ont paru en versions bilingues, et certains de ses poèmes ont été mis en musique par les compositeurs Martin Derungs, Dodo Hug et Efisio Contini.
En 2011, Leta Semadeni a été honorée pour son œuvre lyrique par le Canton des Grisons et le Prix Schiller.
Depuis 2005 elle travaille en tant qu’écrivaine indépendante et vit à Lavin (Basse Engadine).

Fichier attachéTaille
semadeni.pdf55.1 Ko

01.10.2012
Isabelle Sbrissa - suono sono

Née en 1971 à Genève, où elle réside, Isabelle Sbrissa achève actuellement un master à l’Institut littéraire suisse de Bienne après une licence en Lettres. Elle a écrit pour le théâtre et se consacre maintenant à la poésie: ses textes s’éloignent de la fonction de communication de la langue pour explorer sa musicalité. Ils invitent à rêver l’accouplement et la transformation des langues, creusent des passages entre leurs univers sonores et déploient des significations ouvertes qui dérivent vers le chant.
Si dans «ceylor», le sens se développe encore à partir des sonorités, dans «transformation de ‘la vie antérieure’ d’oskar pastior» c’est la forme elle-même, mimant la traduction, et le plaisir musical qui opèrent le passage d’une «langue» à l’autre. Ces trois poèmes sont lus par l’auteure.

Fichier attachéTaille
sbrissa.pdf96.07 Ko
ceylor.mp32.27 Mo
langue_morte.mp3739.25 Ko
transformation.mp31.58 Mo

17.09.2012
Douna Loup - Et après le soleil se lève

Née près de Genève en 1982, Douna Loup a grandi dans la Drôme. Son bac en poche, elle part travailler six mois dans un orphelinat à Madagascar. A son retour à Genève, elle effectue des études en ethno-médecine mais fait le choix de consacrer sa vie à l’écriture. En 2010 paraît un récit d’une traversée du Congo à la Suisse écrit à partir d’entretiens avec Gabriel Nganga Nseka, puis son premier roman, L’Embrasure remarqué pour les qualités de son écriture dont il émane une forte sensualité. Lauréate notamment du Prix Michel Dentan ainsi que du Prix Schiller découverte 2011, Douna Loup publie cet automne Les Lignes de ta paume. Les extraits présentés ici sont tirés d'une pièce de théâtre inédite, Et après le soleil se lève, récompensée par un Prix SSA à l’écriture théâtrale en 2010.  BST

Fichier attachéTaille
loup.pdf44.96 Ko

03.09.2012
Arno Camenisch - Derrière la gare

Arno Camenisch est né en 1978 à Tavanasa, dans les Grisons. Auteur de prose, de poésie et de textes pour la scène, il écrit en allemand et en sursilvan. Son écriture qui mêle les langues et transporte les tonalités romanches compose une mélodie singulière.
Diplômé de l’Institut littéraire suisse de Bienne et membre du collectif d’auteurs et performers Bern ist überall, Arno Camenisch a reçu le Prix littéraire de la Ville de Berne pour Hinter dem Bahnhof (2010) et Sez Ner (2009). Egalement lauréat d’un Prix Schiller, Sez Ner a été publié en version trilingue sursilvan, allemand et français par les Editions d’en bas.

Fichier attachéTaille
camenisch.pdf69.09 Ko

18.06.2012
Andrea Gerster - Lili encore et encore

Née en 1950, Andrea Gerster est écrivaine, plasticienne et journaliste indépendante. Elle vit et travaille en Suisse orientale. Elle a publié deux romans, trois livres de nouvelles et diverses histoires courtes dans des magazines littéraires et des anthologies. Elle écrit également pour le théâtre et a obtenu de nombreux prix, ainsi que la bourse littéraire de Pro Helvetia en 2011.

L’extrait que nous publions ici est tiré de son premier roman, Dazwischen Lili (Lili encore et encore), publié en 2008 et qui vient de paraître en livre de poche.
Le livre met en scène le personnage d’Ana, qui s’occupe de sa belle-mère Lili, atteinte de démence sénile. L’idée vient de son mari Reini, qui n’a pas même pris soin de la consulter. Ana est totalement dépassée par la situation. Déchirée entre colère et pitié, elle s’enfonce peu à peu dans une crise psychique. Contre toute attente, ce sera finalement Lili et sa maladie qui lui permettront de prendre enfin sa vie en mains.

Fichier attachéTaille
gerster.pdf63.15 Ko

04.06.2012
Dorothee Elmiger - Invitation à ceux qui en ont

 

Dorothee Elmiger est née en 1985 à Wetzikon (ZH) et vit à Berlin. Après un bachelor à  l'Institut littéraire suisse de Bienne, elle suit un semestre à l’Institut allemand de littérature de Leipzig. Elle est lauréate 2010 du Prix Kelag, deuxième distinction du concours Ingeborg Bachman, pour son premier roman Einladung an die Waghalsigen. Il raconte la quête des sœurs Stein, ou comment Margarete et Fritzi, nées dans un territoire dévasté, tentent d’en comprendre le langage et le sens. Le texte entrelace récit de conquête et réflexions sur la jeunesse, discours à la première personne et citations intertextuelles de Joseph Conrad, Friedrich Engels, Godspeed you!, Black Emperor, Robert Walser et d’autres. Un livre post-apocalypse qui traite du courage et de la capacité d'entreprendre.  
 
Fichier attachéTaille
elmiger.pdf57.18 Ko

21.05.2012
Martin R. Dean - Une valise pleine de souhaits

Martin R. Dean est né en 1955 à Menziken, en Argovie, d’une mère suisse et d’un père originaire de Trinidad. Après des études d’allemand, d’ethnologie et de philosophie, il allie une carrière d’écrivain, de journaliste et d’essayiste à celle d’enseignant. Depuis 2009, il travaille à l’Institut littéraire de Bienne. Il est l’auteur de nombreux romans (dont deux traduits en français, voir biblio sélective ci-contre), de deux pièces de théâtre et d’essais. Dans son dernier roman, Ein Koffer voller Wünsche (Une Valise pleine de souhaits), il interroge avec humour les rapports complexes que nous entretenons avec nos racines,  familiales ou nationales. Loin de tout cliché, son héros essaye de se comprendre lui-même et son pays d’origine, la Suisse, en partant pour Londres. Une quête compliquée par son envie de retrouver son père, un migrant indien qui les a abandonnés, lui et sa mère, avant sa naissance. Le roman traite aussi du passage – tardif – à l’âge adulte du narrateur, et de sa difficulté à s’engager fermement dans un monde en mutation par un acte aussi définitif que l’est le mariage.

Fichier attachéTaille
dean.pdf65.22 Ko

30.04.2012
Elena Jurissevich - Par à-coups

Née à Lugano en 1976, Elena Jurissevich a étudié la théologie aux universités de Genève et Lausanne, où elle a également été assistante de recherche et enseignante. Elle enseigne actuellement l’italien dans un collège de Genève et collabore à la TSR comme traductrice de cultes audiovisuels d’Italie et du Tessin. Elle est membre de la rédaction de la revue Hétérographe, Revue des homolittératures ou pas, et a publié deux recueils et des poèmes dans diverses revues.

Les poèmes publiés ici sont extraits d’un livre à paraître en automne 2012 aux éditions genevoises Samizdat. Intitulé A scossoni / Par à-coups, ce recueil s’inscrit dans le prolongement de Salmi di secondo tipo. Ces poèmes dénoncent l’instrumentalisation dont le langage peut être l’objet dans le domaine familial et sentimental, la distorsion de la visée originaire des mots: parler pour être entendu, entendre à son tour et partager. Ils illustrent plus particulièrement à quel point la perversion est contagieuse et amène imperceptiblement qui la subit à l’infliger à son tour à son entourage ou à soi-même. 
Si le style est éclaté et que les registres alternent, marquant la dimension de rupture de ces expériences relationnelles et psychologiques, le poids accordé à chaque mot souligne la profondeur de leurs sonorités et de leur force sémantique.
MVR
 
Fichier attachéTaille
jurissevich.pdf50.05 Ko

16.04.2012
Erica Pedretti - Plutôt bizarre

 

Auteure, artiste peintre et sculpteure, Erica Pedretti est née en 1930 à Sternberg (Moravie du Nord). Elle est arrivée en Suisse  en 1945 grâce à la Croix-Rouge. Elle a appris l’orfèvrerie sur argent à l’Ecole des arts et métiers de Zurich et a exercé cette profession à New York de 1950 à 1952. De retour en Suisse, elle a épousé l’artiste Gian Pedretti avec lequel elle s’est installée à Celerina en Engadine, puis dès 1974 à La Neuveville, au bord du lac de Bienne. Mère de cinq enfants, Erica Pedretti a d’abord pratiqué les arts visuels avant de débuter sa carrière d’écrivaine en 1970 avec le recueil de proses Harmloses, bitte. Dans les années 1970 ont suivi ses romans Heiliger Sebastian et Veränderung. Son roman Engste Heimat lui a valu le Prix Ingeborg Bachmann en 1982 et le Prix Marie Luise Kaschnitz en 1996 (voir biblio des titres traduits ci-contre).
Le texte que nous proposons ici est extrait d'un dossier sur Erica Pedretti à paraître dans le prochain numéro de Viceversa Littérature, fin avril. Revue annuelle trilingue, Viceversa est consacrée aux littératures de Suisse; elle présente des dossiers sur des auteurs, des cartes blanches à des traducteurs, des textes inédits, ainsi qu'un panorama de l'année littéraire écoulée dans les quatre régions linguistiques du pays. 
Photo: Yvonne Böhler
Fichier attachéTaille
pedretti.pdf68 Ko

02.04.2012
Julien Burri - Muscles

 

Julien Burri est né en 1980 à Lausanne et vit à Forel, dans le Lavaux. Il a reçu le premier Prix international des jeunes auteurs  (PIJA) en 1997 et en 1998. Depuis, il publie régulièrement recueils de poèmes, nouvelles et récits. Il est lauréat du Prix de la Fondation vaudoise pour la culture 2011. Licencié en Lettres à l'université de Lausanne, il travaille comme journaliste culturel au magazine L’Hebdo. Ses poèmes et ses textes en prose sont hantés par la finitude du corps, mais creusent cette obsession par des voies diverses: sa poésie par le dépouillement et la fragilité; sa prose en mêlant des aspects concrets du quotidien à une veine fantastique.
FDE
Photo © Mercedes Riedy 
Fichier attachéTaille
burri.pdf49.83 Ko

19.03.2012
Zora Del Buono - Big Sue

 

Née en 1962, Zora del Buono a vécu à Zurich puis à Berlin. Après des études d’architecture à l’EPFZ, elle a travaillédurant plusieurs années comme architecte et cheffe de chantier avant de se consacrer uniquement à l’écriture. En 1996, elle est l’une des fondatrices de la revue Mare, où elle occupe d’abord la fonction de rédactrice culturelle puis devient rédactrice en chef suppléante en 2008.
Son premier roman Canitz’ Verlangen (Le Désir de Canitz, inédit en français) paraît en 2008.
 
Fichier attachéTaille
del_buono.pdf63.47 Ko

05.03.2012
Amélie Ardiot - Charolette et Croquembouche

 

Née en 1971, Amélie Ardiot obtient une maturité classique puis un diplôme en géologie. Elle travaille dans la gestion de l'environnement et s'engage dans la vie associative lausannoise: promotion de l’énergie solaire, animations de quartier, soirées de contes. 
 
Elle aime dessiner, marcher sans exagération, écumer les bistrots et passe volontiers quelques soirées au Théâtre de Vidy. Afin d'aggraver son bilan carbone, elle se rend régulièrement dans le Connecticut. Ecrire est pour elle une façon de rêver et réfléchir les yeux ouverts, de se raconter des histoires. Elle s'inspire parfois de son entourage, qui devient alors personnage(s). 
 
Kitsune, son premier roman, se base sur l'anecdote d'un ami voyageur. L'intrigue de Malinconia, à paraître bientôt aux Editions de L’Aire, mêle passé et présent, avec des protagonistes inspirés de la réalité mais aussi d'autres romans. 
 
Le texte publié ici est né de l'envie de tisser un lien entre quelques lectures du moment et sa propre expérience... 
 
Fichier attachéTaille
ardiot.pdf53.94 Ko

20.02.2012
Pierre-Alain Tâche - Tout n'est pas divisé

Pierre-Alain Tâche est né en 1940 à Lausanne, où il vit. Après avoir pratiqué le droit, il se consacre désormais à l’écriture.

A ses yeux, comme il aime à le rappeler, la poésie est partout où l’on veut bien qu’elle soit. Elle est donc d’abord une quête des signes. Tout se joue dans l’instant d’une rencontre imprévisible, qui ouvre le poète à la perception d’une énigme, d’une dimension fragile, qui s’apparente à la présence (proche, en cela, d’Yves Bonnefoy, mais aussi de Jean Follain). Marion Graf écrit à son sujet: «Dans son élégance et son jaillissement musical, le lyrisme de Tâche allie générosité et vigilance, ampleur et vivacité légère, et s’inscrit dans la proximité de Jacques Réda.»
Pierre-Alain Tâche a été pendant dix-sept ans l’un des responsables de La Revue de Belles-Lettres, où il a publié notes et textes critiques. L'essentiel de son œuvre reste cependant constitué d'une trentaine de recueils de poèmes. La Voie verte lui a valu l’important Prix Roger Kowalski décerné par la Ville de Lyon.

Tout n’est pas divisé est extrait d’un recueil de poèmes en cours d’écriture, à paraître aux Editions Empreintes.
 

Fichier attachéTaille
tache.pdf95.98 Ko

30.01.2012
Yasmine Char - Le Palais des autres jours

 

Née au Liban en 1963 d'un père libanais et d'une mère française, Yasmine Char étudie les lettres à l’université de Beyrouth puis voyage à travers le monde, pour des missions humanitaires notamment. Installée en Suisse depuis 1994, elle travaille dans le milieu culturel romand après avoir obtenu un diplôme en gestion culturelle à l’université de Lausanne. En janvier 2010, elle reprend la direction du Théâtre de l’Octogone à Pully.
 
En 2001, Yasmine Char écrit deux pièces de théâtre: Les grandes gueules et Souviens-toi de m'oublier, jouée au Studio des Champs Elysées à Paris. Elle signe ensuite un livre érotique, A deux doigts, suivi en 2008 par La Main de Dieu. Dans ce premier roman en partie autobiographique, elle met en scène une jeune adolescente tiraillée entre deux cultures qui découvre l’amour dans le Liban en guerre. La Main de Dieu est élu «Coup de cœur Lettres frontière» 2009 et reçoit le Prix du Roman des Romands ainsi que le Prix culturel vaudois Littérature en 2010, parmi d’autres distinctions.
 
L’extrait que nous publions ici est tiré du prochain roman de Yasmine Char, Le Palais des autres jours, à paraître chez Gallimard en février. 
BST
Fichier attachéTaille
char.pdf53.27 Ko

16.01.2012
Mihrija Fekovic-Kulovic - Les Vieux et la cage dorée

Née en 1964, Mihrija Fekovic-Kulovic  est diplômée de l’université d'économie de Sarajevo. En 1989, elle est venue travailler en Suisse, où elle a vécu durement, comme tous les étrangers, dit-elle. 
Elle a écrit Manjaca, témoignages sur le camp de concentration dont la traduction française a été publiée en feuilleton par le magazine Echo en 1996. Ce recueil a paru en bosniaque en 2000 à Sarajevo.
En 2009, elle publie en bosniaque Vivre et mourir pour Srebrenica, dont la traduction française sort aux Editions Riveneuve. Ce livre a reçu le prix honorifique genevois «Femme exilée, femme engagée» en avril dernier, soulignant ainsi l’engagement de son auteure auprès des refugiés bosniaques, surtout les survivants de Srebrenica. 
Inspirée par huit ans de travail en maison de retraite, Mihrija Fekovic-Kulovic a écrit Les Vieux et la cage dorée. Un livre à ce jour non publié – hormis un chapitre – dont nous proposons ici un extrait.

 
 
Fichier attachéTaille
fekovic-kulovic.pdf62.22 Ko

19.12.2011
Pascal Janovjak - Ecrire Frankenstein

Pascal Janovjak est né en 1975 à Bâle, d’une mère française et d’un père slovaque. Après des études de lettres et d’histoire de l’art à Strasbourg, il effectue son service national en Jordanie, avant d’enseigner la littérature au Liban et de diriger un centre culturel au Bangladesh. Il quitte ce dernier emploi en 2005 pour se consacrer à l’écriture, et s’installe à Ramallah, en Palestine, où il réside jusqu’en 2011. Il est actuellement résident de l’Institut Suisse de Rome.

Après un recueil de proses poétiques au style et à la construction très maîtrisée, et un premier roman d’inspiration fantastique, le dernier livre de Pascal Janovjak, A toi, est une correspondance romancée menée avec l’auteure québécoise Kim Thuy. Dans cet échange de récits courts d’inspiration autobiographique, les voix des deux écrivains se répondent et se mêlent pour dire l’exil, la fragilité de la vie et l’ouverture au monde.
 

«Ecrire Frankenstein» est un texte inédit conçu pour les lecteurs du Courrier.  

Fichier attachéTaille
janovjak.pdf61.17 Ko

05.12.2011
Antoinette Rychner - Ile Wrac’h

Née en 1979, la Neuchâteloise Antoinette Rychner, technicienne du spectacle de formation, se lance dans l’écriture en 1999 en gagnant le prix PIJA de la nouvelle. Puis vient le tour du théâtre avec La Vie pour rire, sa première pièce mise en scène en 2005.


En 2009, elle sort diplômée de l’Institut littéraire suisse où elle a appris à diversifier sa plume en pratiquant critique, fiction ou poésie, tandis qu’une deuxième pièce, L’Enfant, mode d’emploi, est produite en 2009 et qu’elle en publie une autre, Cooking Mama.


Petite Collection d’instants-fossiles paraît en 2010: des textes brefs dans lesquels des instants-clés sont illuminés par une écriture douce, drôle et équilibrée.
Antoinette Rychner a reçu de nombreuses distinctions, parmi lesquelles «l’Inédit théâtre» pour sa pièce De Mémoire d’estomac.


En septembre dernier, elle s’est isolée sur une île de Bretagne grâce à l’association Iles et Phares du Pays des Abers (IPPA). Elle y a travaillé à des poèmes sur un paysage fougueux aux accents caressants, dont nous publions ici une sélection.
 

Fichier attachéTaille
rychner.pdf63.13 Ko

21.11.2011
Jean-Louis Kuffer - Pour une Suisse sauvage en pays policé

Jean-Louis Kuffer est né en 1947 à Lausanne. Après un baccalauréat au Gymnase de la Cité, il entreprend des études de lettres et sociologie à Lausanne, puis à Genève.
En tant que critique littéraire et journaliste, il a travaillé entre autres à La Liberté, à la Gazette de Lausanne, à La Tribune de Genève et au Matin, et enfin à 24 Heures, où il coordonne aujourd’hui encore les pages consacrées au livre. De 1970 à 1994, Jean-Louis Kuffer collabore aux Editions L’Age d’Homme, à la fois au titre d’auteur et de directeur de collection, dirigeant notamment la collection de littérature contemporaine de la maison basée à Lausanne. Il y publie son premier livre en 1973.
En 1992, il participe à la fondation du journal littéraire Le Passe-Muraille, dont il est aujourd’hui encore rédacteur en chef.
Depuis juin 2005, il publie un blog littéraire très visité, carnetsdejlk.hautetfort.com.
Jean-Louis Kuffer, qui est également auteur de plusieurs essais, a obtenu en 2007 le Prix de littérature de l’Etat de Vaud.

Fichier attachéTaille
kuffer.pdf70.77 Ko

07.11.2011
Huges Richard - Horlogerie minutieuse de la mémoire

Né en 1934 à Lamboing, dans le Jura, Hughes Richard passe une enfance «farouche et sylvestre», selon ses termes, entre un père horloger et paysan et une mère couturière. Adolescent, il fait deux rencontres déterminantes: avec Francis Giauque, au gymnase, et Blaise Cendrars, sur un quai de gare. Il part alors à Paris, où il résidera pendant une trentaine d’années avant de revenir en Suisse romande. Depuis les années 1980, il exerce aux Ponts-de-Martel (NE) le métier de «libraire en chambre», en publiant deux à trois fois par an un catalogue d’ouvrages épuisés issus de sa bibliothèque personnelle riche de quelque 8000 livres, peut-on lire sur son site www.hughesrichard.ch.
Il se fait également éditeur à l’enseigne de A la Main amie, et préface les œuvres de Francis Giauque, avec lequel il a entretenu une longue correspondance.
Il a publié dix recueils de poèmes, quatre ouvrages de prose et une dizaine de livres autour de Cendrars.

Fichier attachéTaille
richard.pdf75.69 Ko

31.10.2011
José-Flore Tappy - Le Corridor

Collaboratrice scientifique au Centre de recherches sur les lettres romandes (université de Lausanne), José-Flore Tappy a publié cinq recueils de poèmes.
En 1997, elle traduit pour la scène le Pierrot lunaire de Schönberg d’après le livret allemand d’Otto Erich Hartleben, interprété en français, et crée parallèlement Pierre eau lune air mis en musique par le compositeur Jacques Demierre. Ce travail est à l’origine de Lunaires.

Alors que ses premiers recueils au lyrisme très maîtrisé disaient l’errance, la révolte et un sentiment d’exil, les plus récents dialoguent davantage avec l’intime; la collectivité s’individualise et la relation humaine l’emporte sur le paysage.
José-Flore Tappy reçoit pour son dernier recueil, Hangars, et l’ensemble de son œuvre, le Prix Schiller en 2007.
Les poèmes publiés ici sont extraits d’un travail en cours.
 

Fichier attachéTaille
tappy.pdf53.15 Ko

17.10.2011
Margrit Schriber - L'usurpatrice

Née en 1939, Margrit Schriber grandit dans le canton de Schwytz. Après un apprentissage de commerce et un emploi dans le secteur bancaire, elle exerce différents métiers (graphiste, mannequin, comptable et agent immobilier). A 28 ans, elle commence à écrire. Elle vit aujourd’hui à Zofingen (Argovie) et en Dordogne.

L’œuvre littéraire de Margrit Schriber– treize romans, des nouvelles et des pièces de théâtre, voir titres récents ci-contre – lui a valu de nombreux prix et bourses. Elle s’est souvent penchée sur des figures de femmes historiques, en brossant un portrait vivant, à la fois précis et poétique, de l’individu et de son époque.

Tel est le cas du roman Die falsche Herrin («L’usurpatrice») dont est tiré l’extrait que nous publions ici: au XVIIIe siècle, la servante Anna Maria Inderbitzin se fait passer pour une grande dame et échappe à la peine de mort pour imposture. Le passage choisi fait le portrait de la jeune orpheline à travers le regard de ses collègues, les lavandières.

Fichier attachéTaille
schriber.pdf62.52 Ko

03.10.2011
Julien Maret - Etude de phrases V

Julien Maret est né en 1978 à Fully, en Valais. Après une licence en philosophie à l’université de Strasbourg en 2005, il s’établit à Genève et fonde la revue Coma – petit fascicule qui fait la part belle à la littérature contemporaine francophone, germanophone et italophone (2007-2009).
En 2010, il obtient un bachelor en écriture littéraire à l’Institut littéraire suisse de Bienne.
Il travaille aujourd’hui au Mamco et a publié en septembre son premier livre, Rengaine: un homme chute dans un tuyau, un tube, un trou, et voit toute sa vie défiler. Le rythme cahote, la voix déraille, et c’est la musique de la langue qui dit cet effondrement à la fois littéral et symbolique.
 

Fichier attachéTaille
maret.pdf104.54 Ko

19.09.2011
Vanni Bianconi - Trois poèmes inédits

Né en 1977 à Locarno, Vanni Bianconi a étudié les langues et littératures étrangères à l’université Statale de Milan. De 2005 à 2009, il a travaillé pour la maison d’édition Casagrande à Bellinzone. Il réside actuellement à Londres, où il travaille comme traducteur de l’anglais en italien (notamment de W.H. Auden et W. Somerset Maugham). Il est également directeur artistique du festival de littérature et de traduction Babel, qui se déroule en septembre à Bellinzone (www.babelfestival.com).

Sa poésie – et en particulier son recueil le plus important, Ora prima – est principalement narrative, bien que riche d'ambiguïtés et de nuages soudains. Des vers capables de tendresse – comme dans le poème «33», présenté ici – mais surtout inquiets, où l'égarement prévaut. Ils évoquent des peurs et des relations difficiles, souvent en montrant des personnages agités qui évoluent tandis que le je lyrique leur donne la réplique, interroge, écoute.

Fichier attachéTaille
bianconi.pdf53.05 Ko

05.09.2011
Catherine Lovey - Revenantes

Née en Valais en 1967, Catherine Lovey a travaillé comme journaliste économique et s’est spécialisée en criminologie. Son œuvre romanesque est traversée d’une tonalité singulière, alliant humour corrosif et mélancolie. Elle suit la trajectoire de personnages en quête d’eux-mêmes et d’un ailleurs improbable, souvent en décalage avec leur environnement et aux prises avec une parole qui échoue à dire le monde. Dans son dernier livre, Un Roman russe et drôle, Valentine Y., fascinée par l’ex-roi du pétrole Mikhaïl Khodorkovski, se lance sur les traces de l’oligarque déchu en Sibérie.

Nous publions ici un extrait d’un texte pour le théâtre qui met en scène six femmes sans nom, désignées par des lettres de l’alphabet. Elles ont pourtant existé dans l’histoire ou dans les mythes. Chacune donne son regard sur les «événements» que l’histoire a retenus, et dont elles ont été évacuées. Dans tous les cas, elles ne sont pas dupes des petits et des gros arrangements avec la vérité…

Fichier attachéTaille
lovey.pdf57.49 Ko

20.06.2011
Janine Massard - Gens du lac

Janine Massard est née en 1939 à Rolle, sur les bords du Léman, dans un milieu ouvrier. Elle vit aujourd’hui à Pully. Après le collège, elle fait des études d’éducatrice puis suit le gymnase du soir de Lausanne pour y préparer une maturité fédérale. S’ensuit un bref séjour à l’université et la rencontre avec l’écriture.
Son œuvre, en partie autobiographique, se caractérise par une forte réflexion sociale. Elle a reçu, entre autres récompenses, le Prix Schiller 1986 pour La petite monnaie des jours. Ce livre retrace l’histoire, dans les années 1950, d’une jeune fille pauvre qui échappe à son destin par la voie des études.
Auteure de nouvelles, de récits et de romans, Janine Massard a également publié un travail d’ethnologie régionale, Terre noire d’usine, paysan-ouvrier dans le Nord vaudois au XXe siècle. En septembre 2010 est paru le recueil de nouvelles Childéric et Cathy sont dans un bateau, où la langue, par son inventivité et ses nouvelles possibilités, tente de rejoindre un réel qui nous dépasse. De manière générale, l’œuvre de Janine Massard se caractérise par une recherche esthétique hors des canons dominants.
Le texte présenté ici constitue les premières pages d’un récit que Janine Massard se propose d’écrire sur son oncle, pêcheur du Léman, qui a aidé des résistants français durant la Seconde guerre mondiale.

Fichier attachéTaille
massard.pdf70.23 Ko