Vendredi, 30 septembre 2016

Liberté est partie

Vendredi 15 janvier 2016

Les Suisses devraient avoir le dernier mot. Et c’est heureux. L’Alliance contre l’Etat fouineur a déposé hier quelque 67 000 signatures contre la nouvelle Loi sur le renseignement (LRens). Ce projet de législation porte atteinte aux libertés publiques et même, pour utiliser un grand mot, aux principes fondamentaux de la démocratie.

La loi ouvre la porte à des dérives liberticides en permettant d’espionner des citoyens sans même le soupçon d’une activité illicite. En effet, toute une série de dispositions, comme l’exploration du réseau câblé et le stockage de métadonnées, sont autorisées de manière préventive. En clair, cela signifie que le Service de renseignement de la Confédération peut écouter toutes les conversations sur natel ou lire tous les courriels en utilisant des mots-clefs.

C’est tout simplement l’un des fondements de l’Etat de droit qui est bafoué, celui de ne pas se faire fliquer alors que l’on n’a commis aucun délit. Celui du respect de sa sphère privée, aussi. Car en permettant l’activation de petits gadgets bien commodes pour les fouines suisses, n’importe quel ordinateur ou natel pourra commodément être transformé en micro espion.

Une procédure de contrôle par le pouvoir judiciaire est certes prévue, mais, outre une marge d’interprétation, des exceptions sont nommément inscrites dans la loi qui permettront la mise en œuvre en urgence des dispositifs de surveillance avec une validation a posteriori de la décision.

L’affaire Snowden a montré l’ampleur que la surveillance planétaire a prise avec les nouvelles technologies de l’information. Et le passé récent suisse incite à une prudence certaine. Le scandale des fiches de la fin des années 1980 avait vu 900 000 Helvètes rangés par catégories idéologiques.

Ce n’est pas d’une loi sur le renseignement dont nous avons besoin mais bien plus d’une nouvelle compréhension et de garanties de nos libertés fondamentales à l’ère d’internet. Avec ce projet de LRens, on n’en prend pas le chemin.

 
Le Courrier
Vous devez être loggé pour poster des commentaires